Cet article date de plus de trois ans.

Gaël Monfils rate son retour à Munich

Ce n'est pas à Munich que Gaël Monfils gagnera du temps de jeu. Pour son retour à la compétition après son abandon au 3e tour du Masters 1000 d'Indian Wells, le Français a chuté au premier tour.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Gaël Monfils grimaçant (MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

40e joueur mondial, Monfils a buté sur le Bosnien Mirza Basic (90e) 6-2, 3-6, 6-3 en un peu plus d'1H30. A moins d'un mois du début de Roland-Garros, il n'a pas tenu la distance contre un adversaire qui a soulevé son premier trophée à 26 ans en février à Sofia. Après un hiver studieux sur les tournois sud-américains de terre battue (6 victoires et 4 défaites), Monfils avait choisi de s'entraîner en Grèce pour préparer la saison européenne sur l'ocre. Une préparation qu'il avait encore dans les jambes et qui a connu quelques péripéties sur la fin. Lors de son voyage en avion vers Munich, toutes ses raquettes ont été cassées. Samedi et dimanche, il s'est entraîné avec une raquette qui lui a été prêtée et ce n'était "pas idéal" selon ses propos sur Twitter. Après sa défaite face à Basic, il va avoir du temps pour refaire le plein de raquettes. Au 2e tour, Basic sera lui opposé au qualifié tchèque Martin Klizan (122e), récent quart-de-finaliste à Barcelone contre Rafael Nadal et vainqueur en 2014 en Bavière.

Simple messieurs (1er tour)

Jan-Lennard Struff (GER) bat Daniel Masur (GER) 7-6 (7/1), 6-4
Yannick Maden (GER) bat Yuichi Sugita (JPN/N.8) 4-6, 7-6 (11/9), 6-2
Mirza Basic (BIH) bat Gaël Monfils (FRA/N.7) 6-2, 3-6, 6-3
Márton Fucsovics (HUN) bat Guido Pella (ARG) 6-4, 7-5
Maximilian Marterer (GER) bat Dustin Brown (GER) 5-6 (abandon)
Philipp Kohlschreiber (GER/N.6) bat Ivo Karlovic (CRO) 7-5, 6-4
Mischa Zverev (GER) bat Andreas Haider-Maurer (AUT) 6-4, 6-3

Avec AFP

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers ATP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.