Cet article date de plus d'un an.

Federer écarte un vaillant Tsonga, Gasquet encore trop juste à Halle

Après un combat de 2h18, Roger Federer a finalement battu Jo-Wilfried Tsonga en trois sets, en huitième de finale de l'ATP 500 de Halle (7-6, 4-6, 7-5). Le Suisse rencontrera en quart de finale Roberto Bautista Agut, qui a sèchement écarté Richard Gasquet (6-1, 6-4).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (FRISO GENTSCH / DPA)

Rageur. Jo-Wilfried Tsonga sait qu'il avait la place de battre le maître des lieux, nonuple vainqueur à Halle, chez lui en Westphalie. Mais encore une fois, Roger Federer est sorti vainqueur de son huitième de finale sur le gazon de Westphalie (7-6, 4-6, 7-5).

Pourtant, ce n'était clairement pas du grand Roger. La tête de série n°1 pensait avoir fait le plus dur en arrachant le tie-break alors où il était mal parti (0-3), puis en breakant rapidement dans le deuxième set.

Un debreak salvateur pour Tsonga

Mais le debreak du Manceau l'a réveillé, et Federer s'est (un peu) déréglé. Vainqueur autoritaire de la deuxième manche (6-4,), le 77e mondial, qui participait pour la deuxième fois au tournoi après 2009, a ensuite fait jeu égal avec le Suisse dans le troisième set.

Mais avec trois balles de break offertes à Federer à 5-5, l'offrande était trop importante pour la laisser passer. Federer l'a saisie et rejoindra pour son 17e quart de finale en 17 participations Roberto Bautista Agut, tombeur de Richard Gasquet.

Ce n'est pas le genre de match qui va aider à Richard Gasquet à retrouver la confiance. Très mal parti face à l'Espagnol (0-3), plus connu pour ses qualités sur dur, le désormais 54e joueur mondial n'a jamais été capable de trouver le bon rythme en dépit d'une meilleure opposition dans le second set.

Il en faudra plus pour celui qui fut demi-finaliste à Wimbledon en 2007 pour espérer aller loin à Londres cette saison. Bautista Agut affrontera donc Roger Federer en quart de finale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers ATP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.