Les supporters racistes de Chelsea invités à visiter Auschwitz pour éviter d'être bannis

Avec cette nouvelle politique, le club londonien espère donner à ces individus "une chance de réaliser ce qu'ils ont fait et de leur donner envie de mieux se comporter", explique le club.

Des supporters de Chelsea dans les tribunes de Stanford Bridge, à Londres, le 20 février 2018.
Des supporters de Chelsea dans les tribunes de Stanford Bridge, à Londres, le 20 février 2018. (GLYN KIRK / AFP)

"Si vous vous contentez de bannir les gens, vous ne changerez jamais leur comportement." Le président du club anglais de Chelsea, Bruce Buck, tente une nouvelle approche vis-à-vis des supporters épinglés pour des actes ou des paroles racistes, en leur proposant de visiter le camp de concentration d'Auschwitz, en Pologne, où plus d'un million de personnes (principalement des Juifs) ont été exterminés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Avec cette nouvelle politique, le club londonien espère donner à ces individus "une chance de réaliser ce qu'ils ont fait et de leur donner envie de mieux se comporter", explique-t-il dans The Sun (en anglais)"Par le passé, nous les aurions bannis du public pour une durée allant jusqu'à trois ans. Maintenant nous leur disons : 'Vous avez fait quelque-chose de mal, vous avez le choix. Nous pouvons vous bannir ou bien vous pouvez passer du temps avec nos agents pour comprendre ce que vous avez fait de mal", poursuit le dirigeant.

C'est le propriétaire du club, Roman Abramovich, de confession juive, qui est à l'origine de cette mesure. Les dérapages racistes des supporters de Chelsea sont fréquents. En septembre 2017, certains avaient notamment entonné des chants antisémites à l'encontre de leurs ennemis jurés de Tottenham. En 2015, des supporters de Chelsea en déplacement à Paris avaient empêché une personne noire de monter dans le métro.