Gard : les funambules de l'extrême pratiquent la "highline"

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Gard : les funambules de l'extrême pratiquent la "highline"
France 3
Article rédigé par
C. Monteil, I. Bris, B. Barthe Christophe Monteil, Isabelle Bris, Béatrice Barthe - France 3
France Télévisions

Dans le Gard, des funambules marchent sur un fil dans des décors vertigineux, sur une sangle suspendue à plus de 200 mètres d'altitude. La discipline, appelée "highline", rencontre de plus en plus d'adeptes. 

En présence des équipes de France Télévisions, Romain Teissonière part pour une traversée de la porte des Cévennes, par les airs. Son terrain de jeu mesure 200 mètres de haut et 700 mètres de long, le tout sur une ligne de quelques centimètres de large. C'est un funambule nouvelle génération, qui pratique la "highline". Ce nouveau sport mêle adrénaline et plaisir. "Le plaisir principal, c'est (…) être ici, être ici, concentré, détendu, marche dans cet endroit assez unique", explique le sportif.  

Des innovations au service de la discipline 

La discipline, entre alpinisme, escalade et la slackline, est en plein essor. Depuis son apparition au début des années 2000, les limites sont sans cesse repoussées, grâce notamment à un matériel en constante évolution. "Les premiers pratiquants avaient des longueurs vraiment courtes, et ils tendaient beaucoup les lignes, juge Ismaël Giffard, de l'association Ça marche. Nous ça a changé, sur une traversée comme celle-ci c'est beaucoup moins tendu, et du coup ça permet d'avoir moins de mouvements parasites." Ces innovations ont permis de faire exploser le record du monde de distance, qui est passé de 305 mètres à 1 900 mètres, en l'espace de seulement sept ans. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports extrêmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.