Franky Zapata : "Nos machines vont fonctionner dans quelques mois avec des produits 100% renouvelables"

Au lendemain de sa traversée de la Manche à bord de son Flyboard, Franky Zapata défend ses machines volantes sur franceinfo. 

Franky Zapata, l\'homme volant, se prépare pour sa dernière démonstration à l\'aéroclub du Boulonnais, le 24 juillet à Saint-Inglevert (62), avant sa traversée de la Manche.
Franky Zapata, l'homme volant, se prépare pour sa dernière démonstration à l'aéroclub du Boulonnais, le 24 juillet à Saint-Inglevert (62), avant sa traversée de la Manche. (MATTHIEU DARRIET / FRANCE-BLEU NORD)

Au lendemain de sa traversée de la Manche à bord de son Flyboard, Franky Zapata a défendu lundi 5 août ses machines volantes sur franceinfo. "On va pouvoir voler avec des biocarburants, bien avant que les voitures ne puissent rouler avec 100% de biocarburants", a promis l'ancien champion du monde et d'Europe de jet-ski.

franceinfo : Quel souvenir gardez-vous de votre traversée de la Manche ?

Franky Zapata : C’est le genre de défi un peu masochiste qu'on fait pour les souvenirs qu’on aura avec la famille et l’équipe pour des dizaines d’années. Ce n’est pas le genre de défi qu’on fait pour avoir du plaisir. C’est une concentration de 100%, c’est un défi physique aussi. J’avais tous les muscles du corps qui étaient à la limite, qui brûlaient. Même quand j’essayais de prendre du plaisir, je faisais des erreurs de pilotage, je tanguais de droite à gauche et je me faisais peur.

Votre entreprise bénéficie depuis décembre 2018 d'une subvention de 1,3 million d'euros du ministère des Armées. Est-ce que ça vous a aidé à développer votre machine ?

Il y a une grosse confusion avec tout ça depuis quelques semaines. La subvention n’a pas du tout été donnée pour développer le Flyboard ; la subvention de l’armée a été donnée pour développer des turboréacteurs. Évidemment que si l’armée nous a donné une subvention pour améliorer l’état des mini turbopropulseurs, c’est qu’ils ont un intérêt pour le type de technologie qu’on développe mais pas pour le Flyboard tel qu’il est.

Le Flyboard n’est pas un produit utilisable par l’armée et le commun des mortels. On est en train de travailler avec les forces spéciales pour un produit qui s’appelle le EZ-Fly, qui est un hybride entre un Flyboarder et un Segway, avec des poignées pour se tenir, comme ça c’est plus facile à utiliser. Ils sont intéressés par d’autres produits comme les plateformes volantes pour la logistique et les voitures volantes.

Trouvez-vous ça raisonnable d’utiliser autant de kérosène pour transporter une seule personne ?

Ce sont des critiques non fondées. Les gens ne comprennent pas la technologie. La quantité de kérosène qu’on brûle en comparaison d’un avion même personnel, c’est dérisoire. Les gens pensent que le kérosène c’est de l’essence hyper-inflammable, mais c’est de l’huile.

Nos réacteurs fonctionnent déjà avec du biocarburant. On a déjà fait des essais avec de l’huile de colza. On est en relation avec un intervenant pour développer les carburants du futur, les biocarburants. Nos machines vont fonctionner dans quelques mois avec des produits 100% renouvelables. On va pouvoir voler avec des biocarburants, bien avant que les voitures ne puissent rouler avec 100% de biocarburants.