Une entreprise savoyarde invente des canons à neige plus écologiques pour les stations

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Une entreprise savoyarde invente des canons à neige plus écologiques
Article rédigé par
France Télévisions

En Auvergne, la station de Super-Besse a été équipée de canons à neige moins gourmands en eau que les modèles classiques. Une innovation developpée par une entreprise savoyarde. #IlsOntLaSolution

L'utilisation des canons à neige fait débat depuis de longues années dans les massifs. Utilisés pour palier le manque de neige, notamment dans les stations de ski de moyenne montagne, les canons à neige sont aussi très gourmands en eau et en énergie. Une forte empreinte environnementale mal vue par les nombreux partisans d'une montagne plus verte, alors que c'est justement le réchauffement climatique qui entraîne une diminution de l'enneigement en altitude. 

L'entreprise savoyarde We Snow apporte une solution technologique à ce problème en développant des canons à neige qui consomment moins d'eau. Ils peuvent aussi se transformer en pompes en chaleur en transformant l'air rejeté. En Auvergne, la station de Super-Besse en a installé en bas de son domaine à 1300 mètres d'altitude. "Sachant que ces équipements sont dédiés à être sur du front de neige, du jardin d'enfants, du retour station, des pistes débutants, on sera toujours plus proches des locaux potentiellement chauffables que si on les implantait à 150 mètres au milieu de la station", explique Michaël Rota, directeur associé de We Snow. 

Son associé chez We Snow, Didier Speck, raconte plus en détails comment fonctionne cette innovation. "Par le biais de toute un système de vannes, on récupère cette énergie. On l'amène dans ces échangeurs à plaque pour faire une boucle d'eau. Cette boucle d'eau, c'est comme une pompe à chaleur". En attendant les premières températures négatives pour faire tourner ces fameux canons à neige. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ski alpin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.