Cet article date de plus de deux ans.

Super G de Bormio : Paris double la mise, Clarey dans le top 10

Vainqueur vendredi de la descente, Dominik Paris a réédité la performance ce samedi sur le Super G de Bormio. A domicile, l'Italien a bouclé la course en trombe pour devancer d'un centième Matthias Mayer. La piste glacée a réservé de mauvaises surprises à certains favoris, partis à la faute. Chez les Français, Johan Clarey et Brice Roger ont flirté avec le podium mais ont perdu du temps sur la fin de course. Ils finissent huitième et onzième.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Décidément, Dominik Paris adore la piste de Bormio. Après avoir conservé son titre ce vendredi sur la descente à Bormio, l'Italien a réalisé une course maîtrisée mais engagée pour s'imposer sur Super G. Onzième de la discipline au classement de la Coupe du monde, le skieur de 29 ans a su dompter la glace présente sur la piste. Comptant 33 centièmes de retard sur la tête au dernier intermédiaire, il a réussi une dernière partie de course très rapide pour coiffer Matthias Mayer au finish. Un centième d'avance sur l'Autrichien, qui avait montré la voie en réalisant le premier gros chrono du jour. Aleksander Aamodt Kilde complète le podium. 

Des favoris au supplice

Habituée à la descente, la piste italienne a dérogé à la règle avec ce Super G. Sur une neige très dure, les skieurs ont souffert. Le premier à en avoir fait les frais est Christof Innerhofer. Deuxième de la descente, le Transalpin a été piégé par les multiples lignes bleues dessinées sur la piste, celles donnant les directions à prendre. Parti avec le dossard 1 et faisant partie des favoris, l'Italien a donc essuyé les plâtres dès l'entrée de ce Super G. 

Un autre favori, Aksel Lund Svindal, s'est aussi manqué. Le Norvégien, leader de la spécialité et déjà vainqueur sur Super G cette saison, n'a pas trouvé la moyen d'appuyer son ski et finit loin de la tête (+1'79). Puis son dauphin au classement, Kjetil Jansrud, n'a pas fini la course. En méforme, le Norvégien a raté son entrée dans le dévers, et est sorti de piste. La mauvaise image restera celle de la lourde chute de Stian Saugestad, évacué après de longues minutes d'interruption par hélicoptère. 

Côté français, Johan Clarey et Brice Roger ont tenu tête à Paris sur deux tiers de la course. Mais les deux Tricolore se sont quelque peu désunis en fin de piste, en comparaison avec la fin énorme de Paris. Clarey termine à la huitième place, Roger à la onzième. Adrien Théaux pointe à la douzième position, trois places devant Blaise Giezendanner. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de ski alpin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.