Mondiaux de ski : Alexis Pinturault devant la meute des slalomeurs à l'issue du Super-G du combiné

Alexis Pinturault a signé le deuxième temps du super-G ce lundi matin, première course du combiné alpin des championnats du monde. Le Français (+0"08), tenant du titre, s'est classé derrière la surprise James Crawford et devant l'Autrichien Vincent Kriechmayr (+0”22). Mais il devra se méfier des autres slalomeurs en embuscade lors de la deuxième manche à 15h20 (en direct sur france.tv et France 3).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Alexis Pinturault sur le super G du combiné alpin aux Mondiaux, lundi 15 février 2021. (ANDREAS SOLARO / AFP)

Alexis Pinturault a débuté de la plus belle des manières ce combiné alpin des championnats du monde. Sur la piste de vitesse féminine, l’Olympia delle Tofane, moins technique que la Vertigine empruntée jusqu’alors par les hommes, le skieur de Courchevel a tout de même rivalisé avec les meilleurs spécialistes de la discipline.

Le Français, médaillé de bronze en super-G au début des Mondiaux, pensait avoir signé le meilleur temps devant les descendeurs autrichiens Vincent Kriechmayr (+0”22) et Matthias Mayer (+0”24) avant que le Canadien James Crawford, dossard 32, ne vienne prendre la tête en créant une très grosse surprise. Cependant, le jeune skieur de 23 ans ne possède aucune référence en slalom et ne devrait pas "gêner" le Français sur le second run.

Les slalomeurs en embuscade

Ce super-G n’a toutefois pas été assez sélectif et tous les meilleurs slalomeurs de cette course se retrouvent aux trousses d’Alexis Pinturault, à moins d’une demi-seconde. À commencer par Marco Schwarz (+0”32), Loïc Meillard (+0”35) et le champion du monde de la spécialité en 2017, Luca Aerni (+0”45).

Le Français, beaucoup plus à l’aise en slalom que les hivers précédents, n’aura pas le droit à l’erreur entre les piquets s’il veut conserver sa couronne acquise à Äre il y a deux ans. Il s'élancera en premier sur la manche de slalom puisque le nouveau règlement implique que la liste de départ se fait dans l'ordre du classement du super-G.

Pour Victor Muffat-Jeandet qui compte sa seule victoire en carrière dans la discipline, ce super G a été très compliqué. Bien plus à son aise en technique qu’en vitesse, l’Avalin s’est montré trop tendre et en manque de repères sur les longues portions de la piste Italienne pour se classer à près de deux secondes (+1”92) de son compatriote. La médaille semble désormais hors de portée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnats du monde de ski alpin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.