Cet article date de plus de deux ans.

Coupe du monde de biathlon : la consécration de Quentin Fillon Maillet en cinq moments forts

Vainqueur du gros globe de cristal samedi en Estonie, le Jurassien a forgé sa victoire finale sur des succès majeurs.

Article rédigé par franceinfo: sport - Louis Delvinquière
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Quentin Fillon Maillet, qui célèbre ici sa victoire sur la poursuite de Ruhpolding (Allemagne), le 26 janvier 2022, a remporté la Coupe du monde. (CHRISTOF STACHE / AFP)

Quentin Fillon Maillet en rêvait, il l'a fait ! Le Français a décroché le gros globe de cristal du vainqueur de la Coupe du monde, Graal des biathlètes, samedi 12 mars. A 28 ans, l'homme de Saint-Laurent-en-Grandvaux (Jura) a été sacré après sa deuxième place sur la mass start d'Otepää (Estonie).

Il est désormais le quatrième Français à réaliser cet exploit après Patrice Bailly-Salins (1994), Raphaël Poirée (2000, 2001, 2002 et 2004) et Martin Fourcade (2012 à 2018). Le Tricolore a conquis son trophée de meilleur biathlète du monde à force d'exploits, en plus de son triomphe aux Jeux olympiques de Pékin. Retour en cinq moments sur cet hiver de rêve pour "QFM".

Hochfilzen : une première victoire salvatrice en Autriche

Quentin Fillon Maillet n'a pas connu la meilleure entame de saison possible. En dedans lors des deux premières semaines suédoises à Östersund (une troisième place au sprint comme meilleur résultat), il arrive le couteau entre les dents à Hochfilzen (Autriche). Lors de la poursuite, le 11 décembre, le leader français lance sa saison. 

Quentin Fillon Maillet remporte la poursuite à Hochfilzen (Autriche), lors de la Coupe du monde de biathlon, le 11 décembre 2021. (JOE KLAMAR / AFP)

Septième après le sprint, il se retrouve dans la position du chasseur qu'il apprécie particulièrement. Fautif sur son premier tir couché avec une cible non blanchie, il se réveille et signe un sans-faute qui le mène vers la victoire. Plus fort que ses deux rivaux au classement général tout au long de l'hiver, Emilien Jacquelin et Sebastian Samuelsson, le Jurassien prend peut-être ce jour-là, avec sa première victoire de la saison, un ascendant psychologique fort.

Le Grand-Bornand : l'émotion du premier dossard jaune

Une étape française représente toujours un événement spécial pour les athlètes tricolores, mais encore plus au Grand-Bornand. La ferveur des dizaines de milliers de spectateurs portent les athlètes d'un bout à l'autre de la piste. Quentin Fillon Maillet débute avec une quatrième place sur le sprint. Sur la poursuite, le 18 décembre, il se sublime et l'emporte devant un public en folie, au terme d'une course parfaite à 20/20 sur le pas de tir.

Le Français Quentin Fillon Maillet après sa deuxième place lors de la mass start du Grand-Bornand (France), le 19 décembre 2021. (OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

Pour la première fois de sa carrière, il s'empare de la première place du classement général, arborant le dossard jaune sur la mass start dominicale. Ce jour-là, Quentin Fillon Maillet devient le septième Français de l'histoire à enfiler la fameuse chasuble dorée. Devant un public conquis et incandescent, le Jurassien est cependant devancé par Emilien Jacquelin de trois secondes et perd son dossard. 

Ruhpolding : le premier doublé sprint/poursuite

En ce début d'année 2022, le Jurassien vient de signer une remontée fantastique à Oberhof (Allemagne) avec sa victoire sur la poursuite, mais après une huitième place en sprint. Il reprend toutefois le dossard doré. A Ruhpolding, en Allemagne toujours, il règle la mire et parfait ses statistiques.

Quentin Fillon Maillet, qui célèbre ici sa victoire sur la poursuite de Ruhpolding (Allemagne), le 26 janvier 2022, a remporté la Coupe du monde. (CHRISTOF STACHE / AFP)

Il s'offre d'abord une victoire sur le sprint, le 13 janvier, devant l'Allemand Benedikt Doll et le Biélorusse Anton Smolski. Sur la poursuite, qui a été entrecoupée par un relais entre les deux (5e), Fillon Maillet s'assure une nouvelle victoire et l'emporte devant Alexander Loginov et Smolski. En profitant des déboires de Samuelsson (7e) et Jacquelin (20e) ce jour-là, Fillon Maillet conclut parfaitement sa première partie de saison en s'envolant au général avant de filer à Pékin pour les Jeux olympiques.

Kontiolahti : la conquête du premier petit globe

La station de Kontiolahti, en Finlande, accueille les biathlètes après leur épisode olympique. Parmi eux figure toujours au sommet du paquet Quentin Fillon Maillet. Dossard jaune sur les épaules, il permet dans un premier temps au relais français de prendre la troisième place.

Quentin Fillon Maillet savoure sa victoire lors de la poursuite de Kontiolahti (Finlande) et le gain du petit globe de la spécialité, le 6 mars 2022. (VESA MOILANEN / LEHTIKUVA / AFP)

Puis vient le temps de la démonstration lors des épreuves individuelles. Victorieux du sprint le 5 mars, le quintuple médaillé olympique double la mise 24 h plus tard lors de la poursuite. Dans cet exercice qui lui a tant réussi cet hiver, Fillon Maillet conquiert en Carélie du Nord une sixième victoire consécutive et s'adjuge le petit globe de la spécialité, le premier de sa carrière.

Otepää : le rêve de cristal

Quentin Fillon Maillet ne demandait pas à ce qu'on le couvre d'or : il voulait du cristal. Après une saison extraordinaire, marquée par huit victoires sur le circuit Coupe du monde et cinq médailles olympiques, le Jurassien rafle une deuxième place sur la mass start d'Otepää (Estonie), à quelques secondes du Norvégien Christiansen. Une place sur le podium qui lui offre le gros globe de cristal.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.