Kontiolahti : Derrière les intouchables suédoises, les Françaises brillent sur le relais féminin

Quelle journée pour les biathlètes tricolores ! Après Fabien Claude sur la poursuite (2e), les Bleues se sont illustrées en prenant une très belle deuxième place sur le relais de Kontiolahti (Finlande) remporté par la Suède des irrésistibles sœurs Oeberg. Anaïs Bescond, Anaïs Chevalier-Bouchet, Chloé Chevalier et Justine Braisaz-Bouchet ont été les seules à tenir tête aux redoutables Suédoises portées par Elvira et Hanna Oeberg, encore impressionnantes ce samedi. L'Allemagne complète le podium.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (ANTTI AIMO-KOIVISTO / LEHTIKUVA)

C'est un samedi comme on les aime du côté de l'équipe de France de biathlon. Après l'excellente deuxième place de Fabien Claude sur la poursuite hommes, les Bleues ont imité leur compatriote sur le relais féminin, dominé par la Suède. Bien lancées par Anaïs Bescond, les Françaises ont pu compter, encore une fois, sur une excellente Anaïs Chevalier-Bouchet, qui a mené l'équipe tricolore en tête de la course. Derrière, sa petite sœur Chloé a su contenir du mieux qu'elle pouvait le retour de la jeune prodige suédoise, Elvira Oeberg (21 ans), avant que Justine Braisaz-Bouchet, malgré un tir debout défaillant, ne termine le travail pour assurer la deuxième place à la France (+9.6) devant l'Allemagne (+43.9), bien loin derrière. 

Les Bleues, les seules à tenir tête aux sœurs Oeberg

Dès son premier relais, Anaïs Bescond a su mettre ses Bleues dans le bon wagon. Ce ne fut d'ailleurs pas du tout le cas de l'invincible Norvège (8e, +3:04.3 avec 13 fautes) rapidement hors du coup après la chute de sa première relayeuse mais qui avait réalisé un Grand Chelem ahurissant la saison dernière avec sept victoires en autant d'épreuves. Du coup, les Françaises ont pu compter sur une excellente fiabilité aux tirs (9 fautes seulement contre 8 pour la Suède, ndlr) et c'est évidemment Anaïs Chevalier-Bouchet, partie en sixième position à 24 secondes de la tête, qui a véritablement mis la France sur orbite pendant que la Suède piochait en attendant l'artillerie lourde des sœurs Oeberg.

Lorsque l'Iséroise a passé le témoin à sa petite sœur Chloé, les Bleues menaient donc la danse de cette course avec huit secondes d'avance sur Elvira Oeberg alors que derrière, l'Allemagne, l'Italie ou encore l'Ukraine étaient déjà larguées à plus de 35 secondes. Et pour le coup, la jeune Chloé (25 ans) a fait mieux que résister à la prodige du biathlon suédois puisque malgré deux fautes sur le tir debout, le relais de la cadette des Chevalier était quasi-parfait, laissant à Justine Braisaz-Bouchet la possibilité d'aller jouer la victoire face à l'insatiable Hanna Oeberg. Malheureusement, la Savoyarde, pourtant en rythme sur les skis et avec un tir couché parfait, n'a jamais réussi à revenir dans les pattes de la Suédoise, lancée comme jamais vers une victoire certaine. 

Mais cette équipe de France féminine, qui était montée à trois reprises sur le podium lors de l'exercice précédent, a prouvé qu'il faudrait encore compter sur elle cette saison à l'occasion des joutes collectives. Car, finalement, ce sont bien les seules qui ont tenté, et presque réussi, à perturber la l'ascension fulgurante des insatiables sœurs Oeberg.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biathlon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.