VIDEOS. La Nouvelle-Zélande offre ses derniers hakas à Jonah Lomu

L'ailier mythique des All Blacks est mort subitement le 18 novembre à l'âge de 40 ans. Ses proches et coéquipiers lui ont rendu hommage, lunid, à l'Eden Park d'Auckland.

Dhyreille, le plus jeune fils de Jonah Lomu, suit le corbillard de son père, à l\'Eden Park d\'Auckland, le 30 novembre 2015.
Dhyreille, le plus jeune fils de Jonah Lomu, suit le corbillard de son père, à l'Eden Park d'Auckland, le 30 novembre 2015. (HANNAH PETERS / AFP)

Chants de deuil maoris et hakas puissants : la Nouvelle-Zélande a rendu, lundi 30 novembre, un émouvant hommage à Jonah Lomu, légende du rugby mondial, sur la pelouse de l'Eden Park d'Auckland, citadelle de l'équipe nationale. L'épouse du joueur, Nadene, ainsi que ses fils Brayley, 6 ans, et Dhyreille, 5 ans, vêtus de chemises noires floquées du numéro 11 de leur père, assistaient à la cérémonie.

L'ailier mythique des All Blacks, 37 essais en 63 sélections entre 1994 et 2002, souffrait depuis longtemps de problèmes rénaux, qui l'avaient contraint à abréger son exceptionnelle carrière. Il est mort subitement d'une crise cardiaque, le 18 novembre, à son domicile d'Auckland, à 40 ans. Il n'existe guère de meilleur endroit pour dire adieu à Jonah Lomu, a expliqué l'ancien entraîneur des All Blacks, John Hart, "parce que c'est la maison spirituelle du rugby et un endroit que Jonah aimait tant""Jonah, tu étais un phénomène sur le terrain et un géant doux et bienveillant en-dehors", a-t-il confié.

D'anciens joueurs, comme Michael Jones et Frank Bunce, ont porté le cercueil jusque sur le terrain alors qu'un chant de deuil maori résonnait dans le stade.

Les anciens camarades de Jonah Lomu au Walsey College ont ensuite livré un premier puissant haka, portant eux aussi le numéro 11 de la star sur la poitrine.

Le visage fermé, Buck Shelford et une vingtaine d'anciens internationaux ont ensuite livré un émouvant "Ka mate". 

La nouvelle génération, qui étudie actuellement au Wesley College, a aussi participé à l'hommage, en improvisant un haka, depuis les tribunes, tandis que le cercueil du joueur quittait la pelouse de l'Eden Park.