Cet article date de plus de trois ans.

Top 14 : Vincent Clerc raccroche les crampons

L'ailier de Toulon Vincent Clerc a annoncé ce mardi prendre sa retraite à l'issue de la saison. L'ancien international français a fait part de sa décision dans une vidéo, postée sur son compte Twitter. C'est une page de l'histoire du rugby français qui se tourne même si, après près de 20 ans de carrière, il affiche toujours autant d'ambition. L'ex-toulousain ne compte pas finir la saison en roue libre. Au contraire, il a encore un record et un titre à aller chercher.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Vincent Clerc avec Toulon (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

C’est un monument du rugby qui va raccrocher les crampons à l’issue de la saison. Vincent Clerc a annoncé ce mardi avoir décidé de mettre un terme à sa carrière de rugbyman. L’ailier toulonnais a expliqué son choix sur son compte Twitter. A presque 37 ans (il les fêtera le 7 mai), l’ancien international français (67 sélections) va quitter les terrains de rugby après 20 ans de carrière au plus haut niveau, et notamment 14 saisons au Stade toulousain.

Mais c’est à Grenoble que l’enfant d’Echirolles (Isère) débute dans le monde professionnel. Avec le FCG, il est vice-champion de France de deuxième division en 2001 et accède au Top 16. Clerc fait le choix de partir à Toulouse à l’été 2002.

Une carrière en Rouge et Noir

C’est avec les Rouge et Noir qu’il construit son armoire à trophées et polit sa réputation : trois coupes d’Europe (2003, 2005, 2010) et 3 championnats de France (2008, 2011, 2012). Il termine deux fois vice-champion sur le plan continental (2004 et 2008) et perd deux finales hexagonales (2003 et 2006). Vincent Clerc, c’est aussi 36 essais européens : un record qui aura tenu jusqu’à la saison dernière, battu par son désormais coéquipier au RCT Chris Ashton (essai inscrit avec les Saracens lors de la finale contre  Clermont le 13 mai 2017). Car oui, si l’ailier français est intimement lié au Stade toulousain, il termine sa carrière en Rouge et Noir, mais sur la Rade de Toulon, où il débarque en 2016. Mais deux blessures au tendon d’Achille n’ont pas permis au futur-retraité de se faire véritablement une place dans l’effectif. En fin de contrat en juin, il a décidé de s’arrêter là.

Vincent Clerc sous le maillot toulonnais (SYLVAIN THOMAS / AFP)

Une décision que Vincent Clerc a failli prendre il y a longtemps : «Il y a un an jour pour jour, je pensais que tout était terminé suite à ma blessure au tendon d'Achille », a-t-il expliqué dans une vidéo. « J’ai pensé tout arrêter mais, au fond de moi, j'avais l'impression que l'histoire n'était pas finie, qu'il y avait encore un chapitre à écrire. Je me suis battu, j'ai bossé et à force de patience, on m'a donné la chance de pouvoir faire une saison de plus. »

A raison. Car en marquant contre Agen le 10 mars dernier, le Toulonnais a égalé le record d’essais inscrits par un joueur en première division : 100 (record égalé de Laurent Arbo). Et même s’il sait que c’est bientôt fini, l’ailier veut sortir par la Grande Porte : « Je suis prêt, je veux encore aller chercher un titre. Si je pouvais aller chercher un dernier Bouclier, ce serait la plus belle fin.»  Et être le seul meilleur marqueur du Top 14 aussi. Il lui reste au moins deux matches. Ou plus, si affinités.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Top 14

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.