Top 14 : Toulouse et Bordeaux en tête, Toulon et le Stade Français à la traine... Après trois semaines de pause, quelles sont les tendances ?

L'UBB et le Stade Toulousain sont déjà largement devant au classement. Ils devancent Montpellier et Lyon.

Article rédigé par
Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Destins contraires en Top 14 : l'UBB de Matthieu Jalibert cartonne, quand le Stade Français de Kylan Hamdaoui déçoit. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Après trois semaines de pause pour laisser place aux matchs internationaux, le Top 14 reprend ses droits pour la 11e journée, samedi 27 et dimanche 28 novembre. Les premiers mois de compétition ont livré plusieurs enseignements. À l'orée de ce nouveau bloc et deux semaines avant le début de la Coupe d'Europe, franceinfo: sport revient sur les principales tendances.

Toulouse et Bordeaux pour creuser l'écart

On n'ira pas jusqu'à affirmer que le Stade Toulousain et l'UBB seront, à coup sûr, demi-finalistes du Top 14 en fin de saison. Mais avec dix et huit points d'avance sur le troisième, Haut-Garonnais et Girondins sont bien au chaud, aux deux premières places du classement. Le leader toulousain et son dauphin bordelais ont perdu deux fois, mais l'Union doit son léger retard à un nul à Castres

Ce week-end, il va s'agir de confirmer - face à Brive pour Toulouse, au Racing 92 pour Bordeaux - sans la plupart des internationaux, dont Jalibert, Dupont et Ntamack. Avant de se retrouver, samedi 4 décembre, pour un véritable choc au sommet dans un stade Chaban-Delmas déjà comble (33 000 billets vendus). L'occasion pour les joueurs de Christophe Urios de prendre leur revanche après les demi-finales de Top 14 et de Coupe d'Europe perdues face au Stade l'an passé.

Montpellier et Lyon, du mieux mais...

Le LOU, comme le MHR, sort d'une année "blanche". Comprenez une saison terminée prématurément, sans phases finales. En quête de rachat, Lyon et Montpellier, 3e et 4e avec 26 points chacun, mènent le bal des poursuivants derrière les deux ogres. Cependant, un - léger - goût d'inachevé plane au regard de leurs performances respectives.

Loin de l'Hérault, Montpellier cartonne. Les joueurs de Philippe Saint-André ont ramené un nul de Toulon avant de gagner au Racing et au Stade Français. C'est bien simple, personne ne fait mieux en Top 14. Revers de la médaille ou simples accidents, le MHR a concédé deux revers au GGL Stadium, face à Toulouse et Clermont. Onzième équipe à domicile, Montpellier n'a plus le droit à l'erreur dans la course au Top 6.

La joie des Montpelliérains après leur victoire contre le Stade Français, le 6 novembre. (MI NEWS / NURPHOTO)

Avec cinq victoires pour autant de défaites, le bilan du LOU est des plus frustrants. Car en dehors de la correction subie à Montpellier, justement, les quatre autres revers ont été concédés sur le fil. Cinq points d'écart contre Bordeaux et le Stade Français, quatre au Racing et à Pau : si Lyon a à chaque fois décroché le bonus défensif, ce n'est pas de nature à satisfaire Pierre Mignoni. Avec un peu plus de consistance et Liam Sopoaga - ouvreur All Black - en meilleure forme, ce LOU a un gros potentiel.

Toulon et le Stade Français, il y a urgence

Le fameux électrochoc aura-t-il lieu ? Piteux 12e du Top 14 avec trois maigres victoires, le Rugby Club Toulonnais vient de changer d'entraîneur. Patrice Collazo a laissé sa place à Franck Azéma début novembre. Battu par Clermont deux jours après sa prise de fonctions, l'ancien coach de l'ASM a eu trois semaines pour prendre la mesure d'un effectif amputé par les joueurs blessés (Kolbe, Ollivon) ou retenus en sélection (Gros, Villière, Isa, Etzebeth...). Pour se rassurer, Toulon doit gagner contre Lyon, samedi. Et, si possible, avec la manière : les deux dernières victoires contre Brive et Biarritz (13-9 à chaque fois) n'ont pas convaincu le public de Mayol.

Après un départ raté, on pensait le Stade Français requinqué par ses trois victoires consécutives en octobre. Las, les deux dernières déroutes à Pau et contre Montpellier ont montré les limites d'une équipe qui se cherche toujours. Très attendu, le centre néo-zélandais Laumape doit faire mieux. Il n'y a pas encore péril en la demeure, car les Parisiens ne sont qu'à six points du Top 6. Mais le Stade Français, déjà battu deux fois à Jean-Bouin, va sérieusement devoir hausser son niveau de jeu. 

Perpignan et Biarritz, des promus dans les clous

Ces dernières saisons, Bayonne, Oyonnax ou Perpignan ont souffert le martyr après leur montée en Top 14. Cette fois-ci, Biarritz et l'USAP, de nouveau promus, ont décidé de ne pas se laisser faire, et ce même s'ils occupent les deux dernières places avec 14 points. Avec trois victoires chacun, Basques et Catalans sont dans le coup.

Tout n'est pas parfait, à l'image des deux défaites concédées sur leurs terrains. Avec un petit point grapillé hors de leurs bases, Biarritz et Perpignan ne brillent pas à l'export. Il faudra aussi veiller au probable réveil de Toulon et du Stade Français, lesquels, sans grosse surprise, ne joueront pas le maintien toute l'année. Davantage habitués à lutter pour leur survie, Pau (9e avec 22 unités) et Brive (10e avec 21 points) sont déjà loin. Mais le BO et l'USAP donnent de l'espoir à leurs supporters. Et au vu de la dernière saison des Sang et Or dans l'élite (2 maigres victoires en 2018-2019), c'est déjà une petite victoire.

A l'image de Taumeopeau triple marqueur contre La Rochelle, Perpignan est dans le coup cette saison. (NICOLAS PARENT / MAXPPP)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Top 14

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.