Top 14 : le Racing 92 remporte largement le derby face au Stade Français et prend la 6e place

Les Racingmen ont déroulé face à leurs rivaux parisiens en deuxième période, dimanche, pour s'imposer 53-20 au terme de cette 20e journée de Top 14.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Racingmen Yoan Tanga Mangene sur la pelouse de la Paris La Defense Arena de Nanterre, le 3 avril 2022, lors du derby face au Stade Français. (JULIEN DE ROSA / AFP)

Le Racing 92, auteur de sept essais, a largement dominé le Stade Français (53-20), dimanche soir, dans son Arena à Nanterre. Une victoire bonifiée qui lui permet de prendre la 6e place au classement, en clôture de la 22e journée du Top 14. Avec ce large succès, les hommes de Laurent Travers devancent désormais Lyon (7e) de deux unités, tandis que le Stade Français stagne à la 11e place du championnat.

Une bonne opération pour les Ciel et Blanc, emmenés par leur capitaine d'un soir Gaël Fickou, qui se positionnent en sérieux candidats aux phases finales. Les deux clubs ont entamé dimanche soir le premier acte d'une "trilogie", un triple derby : ils se rencontreront à nouveau samedi, en huitième de finale aller de Coupe d'Europe, puis le 17 avril, lors du match retour.

Une seconde période à sens unique

Le club francilien se reprend parfaitement dans son Arena de Nanterre après le "fanny" concédé à La Rochelle (19-0) lors de la précédente journée. Les Ciel et Blanc ont frappé fort après cinq minutes seulement, avec l'essai du pilier Cedate Gomes Sa, qui venait conclure une belle action menée par Max Spring et Maxime Machenaud.

Les Parisiens, un peu refroidis, n'ont pas mis longtemps à répondre, et plutôt joliment par Lester Etien, à la suite d'un petit coup de pied rasant d'Arthur Coville côté fermé. Le deuxième essai du Racing 92 n'est intervenu qu'à la 36e minute, signé de l'international Teddy Thomas, enfin revenu de blessure. Le score était de 15-13 à la mi-temps.

Si la première période a vu les deux équipes rivaliser, au retour des vestiaires le second acte a été à sens unique, les hommes de Laurent Travers enchaînant les essais. Avec, au final, une addition très lourde : cinq essais en moins de trente minutes, tous transformés par un Nolann Le Garrec des grands soirs, rentré après la mi-temps à la place de Maxime Machenaud.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Top 14

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.