Top 14 : la folle série de Parra s'arrête, Jaminet malheureux et Biarritz enfin bonifié... Ce qu'il faut retenir des matchs de samedi

Les premiers enseignements de la 8e journée du championnat de France de rugby sont tombés. 

Article rédigé par
Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Morgan Parra lors de la victoire clermontoise face à Pau, samedi 23 octobre. (© THIERRY LARRET / MAXPPP)

C'est un jour bien particulier pour le rugby français. Il y a dix ans, l'équipe de France perdait en finale de Coupe du monde contre la Nouvelle-Zélande (8-7) dans un match aux décisions arbitrales controversées. Samedi 23 octobre, cette 8e journée de Top 14 - la dernière avant le départ des internationaux pour la tournée d'automne - a offert son lot de faits marquants. Le Stade Français a notamment confirmé contre Lyon (23-18), l'UBB est deuxième du championnat, le Stade toulousain a écrasé Castres (41-0). Morceaux choisis.

Le joueur : Morgan Parra s'arrête à 48 coups de pieds

Le 23 octobre 2011, Morgan Parra disputait les premières minutes de la finale du Mondial en Nouvelle-Zélande avec les Bleus, avant de sortir sur blessure. Dix ans plus tard, le demi de mêlée, repositionné à l'ouverture, est l'un des rares joueurs à fouler encore les terrains, avec Maxime Médard, titulaire avec Toulouse contre Castres ce soir. 

>> Tous les résultats de la 8e journée de Top 14

A bientôt 33 ans, Parra était titulaire contre Pau. Et le maître à jouer de l'ASM s'est encore distingué, inscrivant 17 points au pied. Sa folle série débutée en février 2021 s'est tout de même arrêtée aujourd'hui, à 48 coups de pied consécutifs réussis, mais il s'agit d'un record. Bien plus qu'une simple anecdote, son sang-froid a permis aux Auvergnats de renverser Pau après une première période délicate (42-20).

L'affiche : pluie d'internationaux à La Défense

Treize français titulaires du côté du Racing, neuf à Montpellier. Parmi eux, de nombreux convoqués pour la tournée d'automne. Lesquels ont connu des fortunes diverses : si la paire de centres Fickou-Vakatawa n'a pas suffisamment pesé sur la rencontre, le deuxième ligne montpelliérain Paul Willemse a été omniprésent, malgré un carton jaune. La doublette qu'il forme avec Florian Verhaeghe, autre pensionnaire de Marcoussis, a été déterminante dans la victoire héraultaise (32-21).

Au final, les deux joueurs les plus en vue côté Racing ne sont pas - encore ? - internationaux. Les jeunes Antoine Gibert, déterminant sur les deux essais et Nolann Le Garrec, très bon dans l'animation, ont brillé à la charnière. Las, le demi de mêlée adverse Cobus Reinach, en grande forme, s'est offert un superbe doublé... devant ses coéquipiers des Springboks, de passage à Paris. Définitivement un air de tournée...

Le fait : rien n'a souri à Jaminet

Lui n'était qu'un minot lors du Mondial 2011. L'arrière de Perpignan Melvyn Jaminet, révélation de la dernière tournée d'été du XV de France, a été quelque peu perturbé sur la pelouse de Chaban-Delmas. Le buteur de l'USAP s'est vu refuser un coup de pied à la 20e minute... qui semblait pourtant passé entre les perches. Jaminet n'en a pas cru ses yeux, pestant vivement, en vain.

D'ordinaire si précis, le joueur de 22 ans avait déjà manqué la cible précédemment. L'épisode s'est finalement avéré anecdotique vu l'écart entre l'UBB et Perpignan (39-13). Mais le score n'était alors que de 10-0... Melvyn Jaminet, aussi dépassé sur le troisième essai bordelais, va vite devoir digérer l'épisode avant de rejoindre les Bleus à Marcoussis.

 Le carton : 41-0 pour Toulouse face à Castres

Belle soirée à Ernest-Wallon. Le Stade toulousain a étrillé le Castres olympique 41-0. Emmenés par un Antoine Dupont démentiel, les Stadistes ont enfilé cinq essais à des Castrais complètement démunis. Grâce à ce septième succès en huit matches, bonus offensif en prime, le double champion de France en titre reprend son fauteuil de leader, dans lequel Bordeaux-Bègles s'était provisoirement installé dans l'après-midi. 

Le chiffre : 3 094 jours après, Biarritz bonifié

La dernière fois que le BO avait offert un bonus offensif à son public d'Aguiléra en Top 14, les vieux briscards Dimitri Yachvili, Imanol Harinordoquy et Damien Traille - du voyage en Nouvelle-Zélande en 2011 - étaient encore là. C'était un jour de mai 2013 contre le Stade Français (52-17). Il a fallu 3 094 jours, entrecoupés d'une longue disette en Pro D2, pour que les Biarrots prennent 5 points dans l'élite.

Alliant l'utile à l'agréable, les Basques sont provisoirement sortis de la zone rouge en battant Brive (37-9) avec cinq essais, dont quatre dans les vingt dernières minutes. Ou comment se relancer, après quatre défaites de rang.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Top 14

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.