Top 14 : Dupont en tête d'affiche, les arrières ont la parole, une bataille de style... Les clés de la finale entre Toulouse et La Rochelle

Toulouse et La Rochelle s'affrontent en finale du Top 14 vendredi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Antoine Dupont sera l'un des clés de ce match entre Toulouse et La Rochelle.  (ADRIAN DENNIS / AFP)

C'est une nouvelle guerre des stades qui se profile vendredi 25 juin entre les deux principaux protagonistes de la saison régulière, à la fois sur le territoire national que sur le continent. D'un côté, le champion d'Europe en titre, le Stade Toulousain, de l'autre l'outsider qui ne cesse de monter, le Stade Rochelais. 

Quatre rencontres (une en amical, deux en Top 14, une en Champions Cup) ont eu lieu cette saison entre les équipes d'Ugo Mola et Jono Gibbes. Quatre victoires des Haut-Garonnais dont la dernière en finale de Coupe d'Europe. Franceinfo: sport vous donne les clés du match. 

Dupont, le faiseur de rêves 

Meilleur joueur du Tournoi des six nations 2020 puis joueur européen de l'année 2021, encore immense en finale de Coupe d'Europe il y a quelques semaines, Antoine Dupont est, à 24 ans, à son sommet. Créateur, puncheur, finisseur (7 essais en Top 14 cette saison), il sera une fois de plus la pierre angulaire du jeu des Hauts-Garonnais. 

Sans son complice de toujours Romain Ntamack, il sera associé à Thomas Ramos en charnière. L'ouvreur tentera de faire oublier le virevoltant international tricolore, décisif dans cette fin de saison. Déjà champion de France il y a deux ans avec Toulouse et désormais champion d'Europe avec les Rouge et Noir, Dupont est plus que jamais l'artificier en chef du XV toulousain. 

Kolbe-Dulin, duel à l'arrière

Cheslin Kolbe n'a marqué qu'un seul essai depuis le début de l'année 2021, le 12 février contre Pau. Depuis ? Douze matches sans aplatir. Une statistique très éloignée des standards habituels de l'ailier ou arrière sud-africain de Toulouse, sacré champion du monde en 2019 et considéré comme l'un des meilleurs joueurs de la planète. "Dans une carrière, comme un avant-centre au foot, vous avez des moments un peu creux", a réagi jeudi son entraîneur Ugo Mola, espérant un sursaut d'orgueil. "Les gros joueurs existent lors des finales".

En difficulté défensivement face à l'imposant ailier néo-zélandais Ben Lam lors de la demi-finale contre Bordeaux-Bègles, Kolbe (1,71 m) sera cette fois aligné à l'arrière, avec pour vis-à-vis Brice Dulin, au gabarit similaire (1,76 m). Très performant lors du dernier Tournoi, l'international français (36 sélections), qui vit une deuxième jeunesse cette saison à La Rochelle, excelle sous les ballons hauts et peut même se muer en ouvreur avec la précision de son pied. Son rendement est pour beaucoup dans la réussite rochelaise.

Le pied sera la clé

Romain Ntamack sera le grand absent de cette finale après le k.o impressionnant subi en demi-finale de Top 14 la semaine dernière contre l'UBB. Mais l'international tricolore sera parfaitement secondé à l'ouverture par Thomas Ramos, moins gestionnaire mais plus créatif. Dans le jeu, il pourra être assisté par Antoine Dupont qui a fait de gros progrès dans ce secteur même si il reste l'un des domaines où la superstar des Bleus n'est pas dominante.

Côté Rochelais, les chandelles de Brice Dulin et la qualité derrière les poteaux d'Ihaia West pourraient faire la différence dans une rencontre qui pourrait s'avérer fermée. Pour sûr l'indiscipline sera payée cash. 

Brice Dulin et sa qualité au pied sera essentielle face à Toulouse. (LAURENT LAIRYS / LAURENT LAIRYS / AFP)

La guerre des styles

Ce sont les deux meilleures équipes de Top 14 cette saison qui s'affrontent au Stade de France devant 14 000 personnes. Toulouse (1er, 81 points) est l'une des meilleures attaques du Championnat (deuxième en nombre de points marqués, 767, première en nombre d'essais, 92), La Rochelle (2e, 78 points) sa meilleure défense (452 points encaissés, seulement 41 essais concédés).

À la mobilité et la créativité offensive toulousaine, les hommes de Jono Gibbes pourront répondre par une puissance à l'impact inégalée. En mêlée comme dans le jeu, les Rochelais sont des rocs et pas maladroits ballon en main. Une rivalité est en train de naître entre les deux Stades et pourrait bien durer quelques saisons.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Top 14

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.