Reportage Harcèlement, menaces... En rugby, les arbitres évoluent dans un climat de plus en plus délétère

La 10e journée de Top 14 commence vendredi. Mais l'aspect sportif passe au second plan, car le climat autour des arbitres s'est dégradé ces dernières semaines.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'arbitre néo-zélandais, Ben O'Keeffe, a été victime de cyber-harcèlement pendant la Coupe du monde de rugby 2023 (THOMAS SAMSON / AFP)

La 10e journée de Top 14 débute vendredi 22 décembre au soir avec deux matchs au programme : Perpignan affronte Bayonne et Bordeaux rencontre Lyon. Malheureusement, un homme risque une fois de plus de se retrouver au cœur des critiques : l'arbitre.

Harcelés sur les réseaux sociaux, insultés et même menacés de mort pour certains après la Coupe du monde 2023 disputée en France, les arbitres évoluent dans un climat de plus en plus délétère. Et les joueurs ne sont pas exempts de tout reproche dans cette dégradation de la situation.

L'essor des réseaux sociaux


"L'arbitre a toujours raison" : cette phrase est largement relayée quand on parle du rugby, utilisée pour vanter les fameuses valeurs du sport au ballon ovale. Sauf que ces dernières semaines, dès que l'on regarde un match, on voit des joueurs lever les bras au ciel ou s'approcher de l'arbitre pour contester chaque décision. L'ailier du Racing 92, Christian Wade, reconnaît que les réactions ne sont pas toujours exemplaires. "Dans le feu de l'action, c'est vrai ça peut être compliqué. Les émotions sont fortes et parfois les esprits s'échauffent. Mais il est important de rester calme", admet l'Anglais. 


Pour Léo Barré, l'arrière du Stade Français, les joueurs ont vraiment un rôle à jouer pour enrayer la dérive. "Il faut qu'on soit très correct sur et en dehors du terrain", assure le rugbyman parisien.

"Avec les réseaux sociaux, le sport est en train aussi un peu de changer avec beaucoup de harcèlement autour des arbitres et autour des contre-performances. Maintenant on dit que c'est la faute des arbitres."

Léo Barré, joueur de rugby au Stade Français

France Info

Des actions judiciaires à venir

Cette attitude remet en cause l'essence même du rugby, soulignait Fabien Galthié, le sélectionneur du XV de France, après le Mondial. "Notre sport, sans un arbitre et sans le respect à l'arbitre, ça n'existera plus", avait-il lancé. Alors bien sûr, on n'en est pas encore là. Mais la dérive est telle que l'organisateur des Coupes d'Europe travaille désormais avec une entreprise spécialisée dans le repérage du cyberharcèlement pour pouvoir mener des actions, éventuellement judiciaires, contre les auteurs de menaces ou d'insultes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.