Finale du Top 14 : cinq leçons que doit tirer le Stade Rochelais de sa défaite contre Toulouse en Champions Cup

Un mois après la finale de Coupe d'Europe, le Stade Rochelais et le Stade Toulousain se retrouvent en finale du championnat de France, vendredi soir au Stade de France. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Le talonneur rochelais Pierre Bourgarit charge face à Toulouse, en finale de la Champions Cup, le 22 mai 2021. (ADRIAN DENNIS / AFP)

Quatre semaines après une défaite cruelle à Twickenham en finale de Champions Cup (22-17), le Stade Rochelais retrouve le Stade Toulousain, cette fois en finale du Top 14, vendredi 25 juin au Stade de France. S'ils veulent soulever leur premier Bouclier de Brennus, les Maritimes devront corriger les quelques erreurs commises en Coupe d'Europe. Vincent Clerc, consultant rugby de France Télévisions, apporte son éclairage sur les leçons que les Rochelais doivent tirer de la Champions Cup, avant la finale du championnat de France, retransmise sur france.tv et France 2 dès 20h35. 

Mieux gérer ses émotions sur le terrain

C'est une saison de "premières" pour le Stade Rochelais. Le club charentais a disputé sa première finale de Champions Cup et s'apprête à disputer sa première finale de Top 14, sept ans après son accession à l'élite du rugby français. De quoi ressentir de la pression ou de l'excitation ? "Je pense qu'en Coupe d'Europe, ils ont été un peu pris par l'émotion. Ils ont peut-être été trop ambitieux pour une finale, en prenant des mêlées en début de match plutôt que de tenter de prendre des points sur des pénalités", analyse Vincent Clerc.

Les Maritimes ont parfois mis trop d'engagement, à l'image de Levani Botia, coupable d'un plaquage haut et expulsé dès la 28e minute. "Le carton rouge a pesé lourd. Botia revient tout pile de suspension pour la finale de Top 14 et va devoir faire attention à ne pas se tromper dans ses plaquages. Le contrôle de soi et de ses émotions sur une finale, c'est aussi ce qui fait gagner", avance l'ancien ailier, triple champion de France et d'Europe avec les Rouge et Noir.

Être plus efficace dans le jeu au pied 

Lors de la finale de Champions Cup, le Stade Rochelais avait laissé filer huit points au pied. Son demi d'ouverture, Ihaia West, s'était manqué sur deux pénalités et une transformation, en touchant à trois reprises les poteaux. Trois erreurs qui avaient coûté cher aux Maritimes. Selon Vincent Clerc, "les Rochelais avaient peut-être été meilleurs en Champions Cup, mais les Toulousains avaient été plus réalistes, notamment au pied, et ça ne pardonne pas".

West devra donc corriger le tir au Stade de France. "Etait-il stressé ou bien dans un jour sans ? Seul lui peut travailler là-dessus mais La Rochelle peut envisager une solution de secours, comme Jules Plisson, pour le relayer", estime le consultant de France Télévisions. En demi-finale face au Racing 92, sous l'orage lillois, West avait rassuré en se montrant solide face aux perches (14 points inscrits).

Mieux exploiter ses armes offensives 

Après la victoire des siens en demi-finale du Top 14, le Rochelais Kevin Gourdon rappelait l'une des leçons tirées de la défaite européenne contre Toulouse. "Le regret sur la finale de Champions Cup, c'était de ne pas avoir été vraiment nous-mêmes et de pas avoir pris l'initiative. Là, justement, on a essayé d'être un peu plus nous-mêmes et on a essayé de porter les ballons."

Vincent Clerc le rejoint sur ce constat et estime que les Maritimes devront encore se libérer pour profiter de leur talent offensif : "Ils ont sûrement moins exploité ce talent que les Toulousains. Il faut qu'ils jouent avec leur vitesse, leur mobilité et leurs trois-quarts, qui sont des atouts." 

Garder le même enthousiasme en fin de match 

Tout n'est pas à jeter pour les Rochelais, qui avaient tout de même fait vaciller les Toulousains malgré leur infériorité numérique. En toute fin de match, le demi de mêlée Tawera Kerr-Barlow avait inscrit l'essai de l'espoir. Selon Vincent Clerc, "il faut garder l'envie et l'intensité qu'ils avaient mises, ils sont presque revenus à la fin du match alors qu'ils jouaient à 14". Les Rochelais étaient aussi parvenus à conserver 100% de leurs ballons en conquête, une performance à renouveler pour se donner des chances de l'emporter.

Profiter des absences toulousaines 

Le Stade Toulousain dispute sa troisième phase finale de l'année, puisqu'il avait disputé la demi-finale (reportée) de Champions Cup 2019-2020 en septembre. "On sent qu'il y a de la fatigue et en plus Toulouse accumule les blessures", observe Vincent Clerc. Victime d'une commotion cérébrale en demi-finale contre Bordeaux-Bègles, l'ouvreur Romain Ntamack est notamment forfait pour défier les Maritimes.

Selon l'ancien international français, les Rochelais pourraient donc être légèrement favoris. "Ils sont plus frais, alors que la saison a été longue. Ça montre qu'ils ont tourné la page de la Champions Cup pour se donner une nouvelle chance de gagner un titre." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Top 14

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.