Top 14 : "On ne s'en lasse jamais", le cri du cœur de Maxime Médard après la victoire de Toulouse contre La Rochelle

Les Toulousains ont dominé La Rochelle (18-8), vendredi, pour décrocher un 21e titre de champion de France dans son histoire.

Article rédigé par
Hugo Lauzy - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Maxime Médard est l'un des joueurs emblématiques du Stade Toulousain, vainqueur de La Rochelle (18-8) en finale du Top 14 au Stade de France, vendredi 26 juin 2021. (LOIC BARATOUX / AFP)

Ils ne sont jamais rassasiés et la joie après le coup de sifflet final a une nouvelle fois montré que ce 21e titre remporté face à La Rochelle vendredi 25 juin n'a pas entamé la faim toulousaine. Après un sacre en Coupe d'Europe déjà contre les Rochelais, il y a déjà un mois, les hommes d'Ugo Mola ont réédité l'exploit lors d'une finale de haute volée qui s'est "jouée sur des détails" selon le pilier haut-garonnais Cyril Baille.

Pour le trois-quarts aile Maxime Médard, en expérimenté, il n'a pas pas oublié le passé et les moments difficiles ces dernières années. "On ne s'en lasse jamais. Cela récompense une année difficile. On a joué simple et on a profité de la botte de Thomas (Ramos). On a eu quatre années compliquées, mais on est en train de revenir au plus haut niveau. Bravo à la Rochelle pour leur parcours et ils vont sûrement gagner à l'avenir." À 34 ans, l'ex-international a même annoncé sa volonté de poursuivre l'aventure : "Un an de plus ? Je vais essayer de le faire."

"On a fait le doublé et personne ne nous l'enlèvera"

Même sentiment pour Thomas Ramos, placé à l'ouverture en raison de l'absence de Romain N'tamack et auteur de quinze des dix-huit points marqués par Toulouse. "On a joué pour Romain qui n'a pas pu jouer cette finale. Une grosse pensée pour les absents. Ce sont des matchs énormes. On a été froids et on a montré du réalisme. Les frissons ont commencé à arriver avec ce public en fin de match. Il y a peu de public mais on va savourer avec eux. On a fait le doublé et personne ne nous l'enlèvera"

Dans le camp des Maritimes, la pilule est dure à avaler. Après leur défaite en Champions Cup, la désillusion est grande. L'émotion de Romain Sazy, le capitaine de la Rochelle après la rencontre traduisait bien l'abattement du côté des perdants : "Le premier mot c'est échec, on a pas montré ce qu'on a réalisé cette saison. On fait quarante premières minutes approximatives, après le temps s'en est mêlé et on n'a pas réussi à inverser le match. C'est dur de tomber si près. La saison est belle mais inachevée."

Les spectateurs ont fait la différence

Débutée sans spectateurs, la saison folle des Rochelais et Toulousains s'est faite majoritairement dans un silence de cathédrale, à peine ponctué des cris des coachs au bord du terrain. Pour Antoine Dupont, véritable homme fort des Toulousains cette saison, le fait d'avoir eu le soutien des supporters a apporté un supplément d'âme : "Rien que les 14 000, on les a ressentis. Il y a ce frisson quand le public scande notre nom."  Suffisant pour permettre au Stade Toulousain de glaner un 21e titre de champion de France et de conforter son palmarès, en tant que club hexagonal le plus titré de l'histoire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Stade Toulousain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.