Stade français : cinq nouvelles recrues dont Ngani Laumape pour la saison prochaine

Le Stade français a annoncé cinq nouvelles recrues, dont l'international néo-zélandais Ngani Laumape pour la saison prochaine. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Ngani Laumape sous le maillot de la Nouvelle-Zélande.  (MATTEO CIAMBELLI / NURPHOTO)

Le Stade français a annoncé lundi 10 mai, le recrutement de cinq joueurs pour la saison prochaine, dont le trois-quarts centre des All Blacks Ngani Laumape et le pilier gauche du Stade toulousain Clément Castets.

L'arrivée de Laumape dans la capitale française doit permettre au club parisien de se renforcer au poste de centre après le départ en cours de saison de Gaël Fickou vers le Racing 92 et la grave blessure à un genou de Julien Delbouis.

15 sélections avec la Nouvelle-Zélande pour Laumape

Ngani Laumape compte 15 sélections pour 8 essais avec la Nouvelle-Zélande et va vivre sa première expérience hors de son pays. Il évoluait depuis 2016 au sein de la franchise des Hurricanes, basée à Wellington. Cependant, avec les All Blacks, il n'avait pas été retenu lors de la Coupe du monde 2019  mais a participé, l'automne dernier, à deux matches face à l'Australie lors du Rugby Championship remporté par sa sélection nationale. 

Quatre autres recrues pour le Stade français

Le Stade français étoffe aussi sa première ligne avec Clément Castets (1,81 m, 109 kg), en quête d'une place de titulaire. Le joueur de 25 ans est soumis à une forte concurrence cette saison au Stade toulousain, avec notamment le pilier gauche du XV de France, Cyril Baille et Rodrigue Neti.

De plus, le club parisien a également enrôlé le capitaine et troisième ligne d'Agen Romain Briatte, 28 ans, dont l'équipe actuelle est condamnée à la relégation en Pro D2. À cela s'ajoutent les recrutements du pilier droit sud-africain Nemo Roelofse, 25 ans, en provenance de Nevers (Pro D2) et du centre ou ailier anglais Harry Glover, 25 ans également, qui évolue aussi en deuxième division, à Carcassonne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.