Tournoi des Six Nations : les chiffres qui expliquent la défaite de la France contre l'Écosse

La France voulait la victoire, large, nette, pouvant lui ouvrir les portes d'une victoire finale dans ce Tournoi des Six Nations 2021. Mais l'Écosse a fini par s'imposer (27-23) ce vendredi 26 mars et quelques chiffres côté tricolore ne sont pas étrangers à ce revers.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le face-à-face viril entre Bernard Le Roux et  Duhan van der Merwe le 26 mars 2021 (YOAN VALAT / EPA)

• 15 pénalités, le pire bilan de la France dans ce Tournoi

Moins d'une semaine après avoir vécu son plus bas en terme d'indiscipline (six pénalités concédées) dans un sommet de suspense et de tension contre le pays de Galles, l'équipe de France a subi sa plus grande contre-performance en la matière. Malgré les trois petites pénalités sifflées par Wayne Barnes contre eux dans les 40 premières minutes, la deuxième période a été une longue avalanche de coups de sifflets. Au total, 15 pénalités ont sanctionné les mouvements français, soit autant que l'Écosse. Mais c'est bien plus que dans tout autre match des Bleus cette année (12 pénalités contre l'Angleterre et l'Italie, 9 contre l'Irlande, 6 contre le pays de Galles).

• Cinq joueurs à plus de 35 mètres de gain à la course, courir n'est pas gagner

Gaël Fickou (88m), Brice Dulin (79m), Arthur Vincent (62m), Grégory Alldritt (49m) et Damian Penaud (39m). Voilà les cinq joueurs français qui ont dépassé les 35 mètres gagnés ballon en main à la course. Avec un ballon rendu glissant par la pluie, les Français avaient choisi de pousser leurs actions et de courir. Les Écossais ne se sont pas embarrassés. Dans un jeu à une passe dans lequel ils excellent et qui est parfaitement adapté à cette météo, les hommes de Gregor Townsend n'ont eu que deux membres qui ont dépassé cette marque des 35 mètres : le troisième-ligne centre Nick Haining (61m) et l'arrière Stuart Hogg (36m). C'était la tactique payante.

• 60% de réussite au pied, insuffisant

Mourir à quatre points de son adversaire, cela donne des regrets. Et cela donne à la réussite au pied une importance accrue. Avec 60% de succès face aux perches, Romain Ntamack n'a pas eu sa réussite habituelle. Les deux transformations qu'il n'a pas passées sur les essais de Damian Penaud et Swan Rebbadj auraient pu offrir le match nul aux Bleus. Cela n'aurait pas suffi à offrir le Tournoi sur un plateau, mais au moins à éviter une deuxième défaite dans cette édition 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Six nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.