Tournoi des Six Nations : Antoine Dupont, le Monsieur plus du XV de France

Meilleur joueur du Tournoi des Six Nations 2020, Antoine Dupont a démarré l'édition 2021 sur des bases très élevées avec la victoire des Bleus en Italie (50-10). Le demi de mêlée a non seulement bien organisé le jeu français en Italie, mais il a aussi et surtout été impliqué dans cinq des sept essais tricolores, dont un essai personnel.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Antoine Dupont fait une nouvelle fois la différence contre l'Italie et l'ailier Luca Sperandio, le 6 février 2021 à Rome (GREGORIO BORGIA / AP)

Il y a des joueurs discrets dans le "civil" mais qui crèvent l'écran sur le terrain. Antoine Dupont fait partie de cette classe-là. À 24 ans, il est l'un des symboles de cette équipe de France rajeunie et redevenue conquérante. À Rome, en Italie, face à une formation rapidement dépassée et limitée, qui a encaissé sa 28e défaite consécutive dans le Tournoi des Six Nations (leur dernière victoire remonte à 2015), il a encore une fois illuminé le match.

Il y a d'abord les faits : un essai et quatre passes décisives, le Toulousain a donc été déterminant sur cinq des sept essais de l'après-midi. Rien que ça. Mais dire cela revient presqu'à limiter tout l'impact de l'ancien joueur de Castres, qui a découvert l'équipe de France voici déjà quatre ans, alors qu'il avait 19 ans. "On a besoin de lui pour la conduite de jeu", insistait son capitaine Charles Ollivon à la fin du match. "Il est à un très bon niveau. Il a réalisé une grosse performance. Il fait parler ses qualités, et ça ne surprend plus personne", ajoutait-il dans un hommage.

Un demi de mêlée en permanence au soutien

Car l'homme à l'accent chantant venu de Lannemezan, est un chef d'orchestre hors norme, où son physique de pitbull (1,75 m, 85 kg) et sa vitesse lui permettent d'être de temps à autre un trois-quarts de plus ou un avant de plus, en fonction des circonstances. Et s'il est intervenu dans cinq essais, c'est grâce à ses jambes, à son expérience, à son goût de coller au ballon et d'être toujours au plus près au soutien de ses coéquipiers.

Le talent pourrait le faire individualiste, son poste et sa nature en font un joueur collectif. "J'ai toujours aimé jouer des duels. Quand j'étais jeune, souvent on me reprochait de ne pas faire de passes", nous confiait-il avant le Tournoi 2020. Les temps ont changé, la maturité le bonifie encore davantage.

À la mi-temps de ce premier match, il avait déjà réalisé 22 passes, soit exactement le même nombre que l'ensemble de ses coéquipiers français dans le même temps. À l'issue de la rencontre, son total était passé à 38 (son premier suiveur étant Matthieu Jalibert avec 16 passes), ce qui est bien évidemment adapté au poste de demi de mêlée.

Mais c'est ailleurs que son implication prend tout son sens. Le numéro 9 a en effet réalisé quatre courses ballon en main, pour gagner 62 mètres. Seuls Teddy Thomas (101m), Brice Dulin (114m) et Arthur Vincent (126m) ont fait mieux que lui chez les Bleus.

Joueur plus que stratège

Dépeint par ses coéquipiers (en club ou en équipe de France) comme un râleur, Antoine Dupont transforme ce qui pourrait être un défaut en une grande qualité. Son exigence personnelle le pousse à gommer tout ce qui pourrait être mal fait. Ce coup de pied de déplacement trop long, fini en ballon mort, à la 36e minute du match va sans doute lui trotter un peu dans la tête.

Mais pour le reste, face à une équipe certes trop limitée, il a rendu une copie presque parfaite : 1 perte de balle, 1 plaquage raté, 6 plaquages réussis, 2 passes après contact et 2 adversaires battus. C'est là aussi l'une de ses caractéristiques, comme il nous l'avouait : "Quand on sent qu'on bat un défenseur, qu'il y a cette adrénaline, c'est là où je prends le plus de plaisir. Les 9, nous sommes souvent catalogués comme juste des passeurs et des stratèges, mais ce n'est pas ce qu'il me plaît le plus. Ce n'est pas mon jeu."

Les Italiens s'en sont rendus compte. Élu meilleur joueur du match, ne comptez pas sur lui pour en rajouter. Cet hyperactif ne veut qu'une chose : gagner. Aujourd'hui, son équipe l'a fait, et il n'y est pas étranger.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Six nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.