"Si la mort de Nicolas vous a vraiment touchés, faites-le !" : Philippe Chauvin lance un appel aux clubs de rugby, près d'un an après la mort de son fils

Son fils, Nicolas Chauvin, est mort le 12 décembre 2018, des suites d'un double plaquage violent en plein match. Après avoir déposé plainte contre X pour homicide involontaire, Philippe Chauvin en appelle aujourd'hui à tous les clubs français avec un message simple à diffuser.

Les joueurs de Montpellier et Toulon rendent hommage à Nicolas Chauvin au stade de Montpellier, le 16 décembre 2018.
Les joueurs de Montpellier et Toulon rendent hommage à Nicolas Chauvin au stade de Montpellier, le 16 décembre 2018. (SYLVAIN THOMAS / AFP)

"Puisque j’ai entendu ici où là qu’on comprenait ma démarche, qu'on soutenait mon combat et qu’il ne fallait pas me laisser seul, je fais une proposition à tous les acteurs de ce sport", affirme Philippe Chauvin à franceinfo, jeudi 21 novembre. Son fils, Nicolas, est mort le 12 décembre 2018 des suites d'un double plaquage en plein match. Philippe lance désormais un appel à tous les clubs de rugby, mais aussi aux médias.

"Rien faire qui soit dangereux pour autrui"

L'appel de Philippe Chauvin est simple et concret. C'est une phrase qu'il voudrait voir affichée par les clubs et rappelée par les médias avant chaque match. Il s'agit d'un point du règlement de World Rugby, l'alinéa 11 de la règle numéro 9, rédigé par l'instance du rugby mondial : "Les joueurs ne doivent rien faire qui soit dangereux ou imprudent pour autrui". Une façon de remettre la sécurité au centre des préoccupations, "de contribuer à préserver la santé des joueurs pour réaffirmer à l'ensemble des pratiquants et au grand public que cette phrase fait partie de l'ADN du rugby et que nul ne peut l'ignorer", déclare cet ancien joueur.

Agissez ! Nous pourrons dénombrer les responsables sincères et prêts à agir de ceux qui parlent beaucoup et agissent peu.Philippe Chauvinà franceinfo

Philippe Chauvin appelle les clubs à diffuser par exemple ce message sur un panneau où défilent habituellement les publicités, sur les écrans géants présents dans les stades ou via les speakers. "Cette action ne coûte pas grand-chose", dit-il, avant de développer encore un peu plus le sens de sa démarche, à travers un vibrant message : "Si la mort de Nicolas vous a vraiment touchés, faites-le ! Ce comportement responsable aux yeux de tous est un des éléments de réponse qu'attendent le grand public et les familles des pratiquants. C'est le triste héritage que nous laisse Nicolas, ne le gâchez pas !"

Bernard Laporte aux abonnés absents

Philippe Chauvin avait déjà pris la parole sur franceinfo le 30 octobre dernier, pour expliquer la démarche de sa plainte contre X pour homicide involontaire, pour que "son fils ne soit pas mort pour rien, pour que de tels drames ne se reproduisent plus".

Deux jours après, il avait reçu le soutien du président de la Fédération française de rugby. "Il n'est pas question une seconde de le laisser seul, notre rôle est de l'accompagner et d'être à ses côtés. Je veux le revoir et continuer à discuter avec lui dès mon retour du Japon, en novembre", avait ainsi affirmé sur franceinfo vendredi 1er novembre Bernard Laporte, alors au Japon pour la Coupe du monde. Mais Philippe Chauvin n'a toujours pas reçu d'appel de la part du patron du rugby français.