Rugby : soupçons de dopage au Racing 92

Des traces de corticoïdes ont été retrouvées dans les urines de trois joueurs de rugby du Racing 92.

France 3
Ce match devait rester dans les annales. Le sacre du Racing pour cette première finale du Top 14, disputée à l'étranger. Mais il pourrait devenir le symbole du dopage dans le rugby. Car les contrôles anti-dopage auraient démontré la présence de corticoïdes dans les urines de la star Dan Carter, impérial ce soir-là, du Fidjien Joe Rokocoko et de l'Argentin Juan Imhoff. Dans un communiqué, le club a justifié l'utilisation de ces médicaments.

Quarante jours pour statuer

Car la prise de corticoïdes est permise dans certains cas pour des raisons médicales. Cette histoire tombe mal, car depuis la professionnalisation du rugby, les soupçons pleuvent sur ce sport. "C'est un produit important, un produit puissant et pour quelqu'un qui veut éventuellement se doper, il fait partie de l'arsenal immédiat", explique Pierre Ballester, auteur de Rugby à charges. Les instances de rugby dispose de quarante jours pour statuer sur le cas de ces trois joueurs et envisager une éventuelle sanction disciplinaire.
Le JT
Les autres sujets du JT
Le Toulonnais Frédéric Michalak bloque un joueur du Racing, le 26 mars 2016, au stade Pierre-Mauroy, à Villeneuve-d\'Ascq (Nord).
Le Toulonnais Frédéric Michalak bloque un joueur du Racing, le 26 mars 2016, au stade Pierre-Mauroy, à Villeneuve-d'Ascq (Nord). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)