Rugby : les Lions britanniques et irlandais pensent à créer une équipe féminine

Les dirigeants des Lions britanniques et irlandais ont annoncé, mardi, qu'ils réfléchissaient à l'idée de créer une équipe féminine.

Article rédigé par
Bertrand Bielle - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les joueuses de l'équipe d'Angleterre, victorieuses du Tournoi des 6 Nations 2021 le 24 avril 2021 et championnes du monde en 2014, pourraient bientôt espérer porter le maillot des Lions britanniques et irlandais. (JUSTIN TALLIS / AFP)

Les Lions britanniques et irlandais, qui regroupent les meilleurs joueurs du rugby anglais, gallois, écossais et irlandais depuis 1888, ont annoncé mardi 12 octobre qu'ils souhaitaient lancer une étude sur la possible création d'une équipe féminine des Lions."C'est une opportunité incroyable", a souligné Ben Calveley, directeur exécutif des Lions, qui ont disputé un match cet été en Afrique du Sud (défaite 19-16). 

Plusieurs personnalités du rugby britannique (anciens joueurs, dirigeants, journalistes et économistes) vont donc se réunir pour définir les fondations et les modalités de cette future équipe. L'Angleterre, qui a remporté huit des treize derniers titres du Tournoi des 6 Nations féminin, et l'Irlande, qui en a gagnés deux (le reste revenant à l'équipe de France), font partie des meilleures nations du monde.

"Une opportunité incroyable"

Pour Ben Calveley, directeur exécutif des Lions, une équipe féminine des Lions serait "une opportunité incroyable" malgré "quelques défis à relever si on veut que cette équipe réussisse" a t-il expliqué dans un communiqué.  "La viabilité financière, des adversaires adaptés et une programmation appropriée dans le calendrier du rugby féminin requerront une analyse rigoureuse, des études et une réflexions attentive", a-t-il ajouté. Des Lionnes britanniques et irlandaises, c'est donc peut-être pour demain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rugby

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.