Rugby : la France décroche l'organisation de la Coupe du monde 2023

Cette décision est une surprise. La France avait été classé derrière l'Afrique du Sud dans un rapport d'évaluation. 

Claude Atcher, patron de la candidature française pour la Coupe du monde 2023 et Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby, le 15 novembre 2017 à Londres.
Claude Atcher, patron de la candidature française pour la Coupe du monde 2023 et Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby, le 15 novembre 2017 à Londres. (PAUL CHILDS / REUTERS)

La décision est une surprise. La France organisera la Coupe du monde 2023 de rugby aux dépens de l'Afrique du Sud et de l'Irlande. Lors d'un scrutin à Londres, mercredi 15 novembre, le pays a obtenu la majorité des 39 voix, à la surprise de l'assistance. L'Afrique du Sud avait pourtant été recommandée le 31 octobre par World Rugby après être arrivée en tête d'un rapport d'évaluation.

Neuf villes accueilleront la compétition

Le corps électoral était composé de dix-huit dirigeants portant en tout 39 voix, détaille L'Equipe. Sept nations disposaient de trois voix (Australie, Nouvelle-Zélande, Argentine, Angleterre, Ecosse, Galles, Italie), le Japon devait se contenter de deux voix et quatre nations ne représentaient qu'une voix (Géorgie, Roumanie, Canada, Etats-Unis). Il fallait ajouter les six confédérations (Asie, Afrique, Amérique du Sud, Amérique du Nord, Europe, Océanie) qui avaient le droit à deux voix chacune. La France a obtenu 18 voix au premier tour, et 24 au second.

"Je suis fier que la France ait été choisie. Notre dossier était très solide, nous ferons de notre mieux et cette Coupe du monde sera formidable", a réagi Bernard Laporte,  président de la Fédération française de rugby. Ce sera la deuxième fois, après 2007, que la France organisera cet événement. A l'automne 2023, neuf villes abriteront la rencontre : Saint-Denis, Marseille, Lyon, Villeneuve d'Ascq, Bordeaux, Nantes, Toulouse, Nice, Saint-Etienne.