Cet article date de plus de deux ans.

Mondial : 65 joueurs dans les radars du XV de France

La Fédération française de rugby (FFR) a publié lundi une liste de 65 joueurs suivis par le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel en vue de la Coupe du monde au Japon (20 septembre-2 novembre).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Parmi les noms évoqués, se trouvent les oubliés des derniers matches (Guitoune, Vakatawa, Maestri) mais pas François Trinh-Duc. L'autre grand absent de cette liste, qui est "non exhaustive, en aucun cas fermée ou définitive" selon la FFR, est le troisième ligne de La Rochelle Kévin Gourdon, qui a connu sa dernière sélection en juin 2018. 

Ils sauront donc que nous les suivons et qu'ils seront susceptibles d'aller au Japon. Ils connaîtront également les tenants et les aboutissants de la préparation estivale" avait déclaré vendredi soir Jacques Brunel.

Aux côtés des habitués Sofiane Guitoune (Toulouse) et Virimi Vakatawa (Racing 92), qui flambent en club cette saison, et de Maestri, le sélectionneur a couché sur papier le noms de joueurs non capés : comme les talonneurs Quentin Lespiaucq (Pau), Mickaël Ivaldi (Lyon) et Peato Mauvaka (Toulouse), l'ouvreur Louis Carbonel (Toulon) ou l'ailier d'origine fidjienne Alivereti Raka, naturalisé en décembre et qui aurait sans doute été convoqué lors du dernier Tournoi s'il n'avait pas été blessé.

Jalibert, Ollivon et Couilloud dans la course

D'autres joueurs de retour de longues blessures comme le demi de Lyon Baptiste Couilloud, l'ouvreur de Bordeaux-Bègles Matthieu Jalibert ou le N.8 de Toulon Charles Ollivon ont également été inclus.

Le sélectionneur doit annoncer le 18 juin un groupe de 31 joueurs retenus pour préparer la Coupe du monde, plus six réservistes, mais peut enregistrer 50 joueurs auprès de World Rugby, organisateur de la compétition, jusqu'au 2 novembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de rugby

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.