Cet article date de plus de neuf ans.

Mermoz out "deux semaines"

La malchance continue pour Maxime Mermoz. Blessé à l'épaule lors du premier match du Tournoi des six nations face à l'Ecosse, le centre de Perpignan a été victime d'une entorse du genou gauche face à l'Irlande (19-12). Il sera indisponible au moins deux semaines". Il est donc forfait pour affronter les Irlandais samedi à Dublin, a indiqué dimanche l'entraîneur Marc Lièvremont. Sa participation au mondial n'est pas remis en cause.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le centre Maxime Mermoz face à l'Irlande

"C'est un peu plus problématique pour Max (Mermoz) avec une petite entorse  et des délais qu'il est difficile de programmer aujourd'hui (dimanche) mais on  peut penser au minimum à deux semaines", a expliqué Lièvremont.Mermoz (25 ans, 9 sélections), qui n'avait plus joué depuis le 5 février et  sa blessure à une épaule lors de France-Ecosse dans le Tournoi des Six nations,  a dû être remplacé dès la 27e minute par David Skrela, l'ouvreur François  Trinh-Duc glissant au centre, et s'est fait poser un imposant bandage autour du  genou gauche.

Trois autres joueurs ont été touchés samedi à Bordeaux et "ne pourront pas  s'entraîner normalement" en début de semaine, a précisé l'entraîneur du XV de  France lors d'une conférence de presse: le 2e ligne Romain Millo-Chluski, le 3e  ligne Imanol Harinordoquy et l'arrière Damien Traille, tous victimes de  contusions à un genou. Par ailleurs, François Trinh-Duc pourrait éventuellement manquer le second  test-match de préparation samedi à Dublin pour rentrer en France en raison de  la naissance de son enfant, prévue dans les prochains jours, a précisé  l'entraîneur du XV de France.

La France, vainqueur (19-12) de l'Irlande samedi à Bordeaux lors de son  premier match de préparation au Mondial, affronte de nouveau le XV du Trèfle  samedi à Dublin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de rugby

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.