INFOGRAPHIES. Comment la Coupe du monde de rugby malmène les championnats majeurs

De nombreux clubs doivent faire sans leurs cadres durant le Mondial de rugby, qui se déroule jusqu'au 2 novembre au Japon. Mais la situation n'est pas la même selon les championnats. Explications en trois graphiques.

C'est un honneur pour les joueurs et une épine dans le pied de certains clubs. Près d'une centaine de joueurs de rugby évoluant en Top 14 ont été sélectionnés par les nations qui participent à la Coupe du monde, du 20 septembre au 2 novembre au Japon. Autant de rugbymen qui ne seront pas disponibles pour s'entraîner ou jouer avec leurs clubs habituels durant les six semaines de compétition mondiale. 

Quels championnats sont les plus affectés par les sélections des équipes nationales ? Quels clubs du Top 14 ont le plus d'absences à compenser ? Franceinfo illustre, en graphiques, comment le Mondial a des conséquences sur les quatre championnats de rugby majeurs : le Top 14, le Pro 14, le Super Rugby et le Premiership.

Entre 79 et 146 joueurs ponctionnés dans chaque championnat

Les vingt nations qui participent à la Coupe du monde ont sélectionné de nombreux joueurs qui évoluent dans les quatre championnats de rugby majeurs : le Top 14 français, le Premiership anglais, le Pro 14 (qui réunit des clubs irlandais, gallois, écossais, argentins, italiens et sud-africains) et le Super Rugby (qui voit s'affronter des équipes néo-zélandaises, sud-africaines, australiennes, japonaises et argentines). Le nombre de rugbymen ponctionnés dans chaque championnat va presque du simple au double. Quelque 79 joueurs de clubs du Premiership se sont envolés pour le Japon, 80 joueurs du Top 14, 121 du Pro 14 et 146 du Super Rugby.

Dans le détail (vous pouvez survoler le graphique pour avoir plus d'informations et cliquer sur chaque grosse bulle représentant un championnant pour zoomer), la Nouvelle-Zélande est la nation qui a appelé le plus de joueurs du Super Rugby. Les 31 internationaux sélectionnés par Steve Hansen évoluent tous dans la conférence néo-zélandaise du championnat de l'hémisphère sud. Avec 30 sélectionnés, l'Angleterre est (sans surprise) la nation qui ponctionne le plus de joueurs au Premiership anglais. L'Irlande (31 rugbymen), le pays de Galles (27) et l'Italie (26) sont les principales nations à emmener des membres du Pro 14 au Mondial.

Enfin, la France a appelé plus d'un tiers des joueurs qui seront tenus éloignés des terrains du Top 14. L'Equipe précise toutefois que ces absences n'ont "pas forcément un impact démesuré" sur le parcours des clubs. En 2015, les six équipes à fournir le plus d'internationaux pour le Mondial étaient Toulon (18 rugbymen), Clermont et le Stade français (12), le Racing 92 (11), Montpellier (8) ainsi que Toulouse (7). Tous se trouvaient dans les premiers du classement en fin de saison, exception faite des Parisiens du Stade français, note le quotidien sportif.

Huit journées de Top 14 concernées, aucune au Super Rugby

Tous les championnats ne seront pas lésés par la Coupe du monde. Le Super Rugby envoie le plus gros contingent de joueurs au Japon, mais le Mondial tombe en plein milieu de l'intersaison. La précédente compétition, en effet, s'est jouée du 15 février au 6 juillet 2019 et la prochaine ne démarrera que le 31 janvier 2020. Par conséquent, les 146 joueurs de l'hémisphère sud sélectionnés pour la Coupe du monde auront un peu de temps pour se remettre de leur fatigue avant de retrouver leurs clubs.

Côté Top 14 en revanche, la Coupe du monde empiète largement sur le calendrier du championnat, qui débute le 24 août. Au total, huit journées se jouent en l'absence des internationaux : quatre durant la préparation du Mondial et quatre durant la compétition. Selon L'Equipe, ce chiffre est constant par rapport aux précédentes éditions. Huit journées de Top 14 avaient été affectées par la Coupe du monde de 2011 et sept en 2015.

Le Premiership et le Pro 14 sont un peu moins pénalisés. Le championnat anglais débute le même jour que le Mondial, le 20 septembre, mais seules quatre journées ont lieu en même temps que la grand messe au Japon. Les clubs font en effet une pause du 12 octobre au 31 janvier, entre la phase régulière et les demi-finales. Le Pro 14 démarre, lui, le 27 septembre. Cinq journées auront donc lieu durant la Coupe du monde. La durée de l'absence des internationaux sera toutefois variable, puisque certaines équipes nationales repartiront du Mondial dès la fin de la phase de poules, le 13 octobre.

Toulouse perd 13 joueurs, Lyon un seul

Tous les clubs du Top 14 ne seront pas affectés de la même façon par la Coupe du monde. Le LOU, le club lyonnais, compte un seul absent, Demba Bamba, appelé par le sélectionneur des Bleus, Jacques Brunel. En revanche, le Stade toulousain perd l'équivalent de près d'une équipe : 13 internationaux ont été sélectionnés par les différentes nations participant au Mondial. Plusieurs cadres des lignes arrières (Guitoune, Médard, Huget) seront notamment absents durant les premières semaines du Top 14.

Autres clubs qui voient un large contingent de joueurs s'envoler pour le Japon : l'ASM Clermont et le Racing 92 (10 rugbymen appelés pour le Mondial), l'Union Bordeaux Bègles (8) ou encore Montpellier (7). Mais les clubs français sont moins affectés que les Jaguares argentins (22 joueurs appelés), les Glasgow Warriors écossais (17 joueurs) ou encore le club italien de Benetton (16 joueurs), relève La Montagne.

Les nations qui ponctionnent le plus d'internationaux au Top 14 sont la France (les 31 joueurs de la liste de Jacques Brunel évoluent dans le championnat hexagonal), les Fidji (14 joueurs sélectionnés) et la Géorgie (11 joueurs). Mais les clubs ont une solution pour pallier ces absences : les "jokers Coupe du monde". Comme l'explique L'Equipe, il s'agit de rugbymen "dont le salaire n'est pas pris en compte dans le salary cap", la limite annuelle de masse salariale fixée pour chaque équipe par la Ligue nationale de rugby. Ces joueurs évolueront dans leur club jusqu'au 18 novembre. Début septembre, douze des franchises du Top 14 avaient recruté près de 25 "jokers" pour remplacer les joueurs partis au Japon.