Coupe du monde de rugby : ce qu'il faut retenir du succès poussif, mais avec bonus offensif, du XV de France face aux Etats-Unis

Après une première heure inquiétante, ponctuée par deux malheureux essais et une kyrielle de fautes de main, les Français ont creusé l'écart en fin de match grâce à Gaël Fickou et Baptiste Serin.

Le Français Emerick Setano (au centre) est taclé par les Américains AJ MacGinty et Joseph Taufete\'e, mercredi 2 octobre 2019 lors du deuxième match de poule du XV de France lors de la Coupe du monde de rugby, à Fukuoka (Japon).
Le Français Emerick Setano (au centre) est taclé par les Américains AJ MacGinty et Joseph Taufete'e, mercredi 2 octobre 2019 lors du deuxième match de poule du XV de France lors de la Coupe du monde de rugby, à Fukuoka (Japon). (FRANCK FIFE / AFP)

Il fallait marquer quatre essais pour décrocher le bonus offensif, et les Bleus ont assuré l'essentiel en parvenant à ce total, mercredi 2 octobre à Fukuoka (Japon) face à une courageuse équipe américaine lors du deuxième match de poule de la Coupe du monde de rugby (33-9). Après une première heure inquiétante, ponctuée par deux malheureux essais et une kyrielle de fautes de main, les Français ont creusé l'écart en fin de match, notamment grâce à Gaël Fickou et Baptiste Serin. Les hommes de Jacques Brunel affronteront les Tonga, dimanche.

Le film du match : que ce fut dur !

Franchement, on attendait mieux de ce XV de France, certes largement remanié avec douze changements, face à une équipe américaine qui n'a jamais fait d'étincelles en Coupe du monde. Il a fallu attendre l'heure de jeu, l'entrée d'habituels titulaires aux postes clés et la fatigue qui s'est emparée des Américains, qui avaient cinq jours de récupération en moins, pour que les Tricolores creusent l'écart. Avant ça, deux beaux essais à signaler, signés des ailiers Yohann Huget et Alivereti Raka, et une bouillie de rugby, avec de mauvais choix, des fautes de main et des errements tactiques.

Ce n'est qu'à l'heure de jeu que les Français ont fait la différence, en inscrivant trois essais dans dernier quart d'heure, par Gaël Fickou, Baptiste Serin et Jefferson Poirot, les deux derniers étant entrés en jeu en seconde période. Le score final de 33-9 demeure flatteur par rapport à la qualité du rugby proposé. "On a voulu surjouer, on a fait pas mal d'erreurs. On a encore du boulot", a reconnu le sélectionneur Jacques Brunel au micro de TF1.

L'homme du match : Alivereti Raka, pour le meilleur et pour le pire

Il a marqué un essai splendide, conclusion d'une ouverture lumineuse de Camille Lopez, mais il a aussi pas mal gâché de passes, de situations offensives à cause d'une certaine maladresse. L'ailier symbolise le match d'un XV de France qui a alterné de rares moments de génie avec une bouillie de rugby qui n'a que trop rarement mis en danger une équipe américaine limitée. C'est sur lui que s'est abattu le courroux des suiveurs du XV de France.

Le geste du match : l'inspiration de Baptiste Serin qui libère les Bleus

Entré en jeu quelques minutes plus tôt, l'ouvreur toulonnais a retrouvé ces gestes de génie qui lui avaient valu, fin 2016, la lourde étiquette de sauveur du XV de France (comme l'atteste ce portrait dithyrambique publié à l'époque). Une merveille de coup de pied à l'aile vers Raka, qui lui remet à l'intérieur où il sème son défenseur, et voilà le quatrième essai tant attendu, synonyme de point de bonus offensif.

L'image du match : l'hommage à Jacques Chirac

Une minute de silence à la mémoire de l'ancien président, très apprécié au Japon, a été respectée avant le coup d'envoi de la rencontre. Des supporters français s'étaient déguisés à l'effigie de l'ancien président – dont la passion première n'était pas le ballon ovale, mais peu importe.

Autre image marquante de l'avant-match, ce plan de TF1 dans le vestiaire des Bleus dévoilant Antoine Dupont en tenue d'Adam.

Le baromètre des prochains jours : temps calme avant les Tonga

Les Tricolores se sont évité une crise majeure en remplissant leur contrat face aux Etats-Unis, avec le fameux bonus offensif. Reste désormais aux titulaires à moins faire suer leurs supporters avec une victoire plus nette et plus convaincante face aux Tongiens dès dimanche 6 octobre, face à une équipe rugueuse mais à leur portée.