Cet article date de plus de six ans.

Coupe du monde de rugby : le président de la Fédération française reconnaît "un échec total" et envisage des contrats pour les joueurs

Après la déroute du XV de France face à la Nouvelle-Zélande, Pierre Camou veut trouver un "autre système" pour protéger les meilleurs joueurs tricolores.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pierre Camou, le 11 février 2012.  (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Il aura fallu deux jours pour enfin le reconnaître publiquement. Le XV de France a essuyé "un échec total" lors de la Coupe du monde, a déclaré Pierre Camou, le président de la Fédération française de rugby, après la fessée reçue face aux All Blacks. Dans un entretien à l'AFP, lundi 19 octobre, le dirigeant de la FFR se dit ainsi "prêt" à envisager des contrats fédéraux pour les meilleurs joueurs.

"On s'était fixé des objectifs importants, donc cette défaite est un échec total", a souligné Pierre Camou, au surlendemain de la déroute face aux All Blacks en quarts de finale (62-13). "Il faut bien le reconnaître. Nous sommes dans un moment difficile, ce serait stupide de le nier", a-t-il poursuivi.

"Je suis le premier à le reconnaître et j'en prends, en tant que président de le Fédération, la responsabilité absolue"

Pierre Camou, président de la Fédération française de rugby

AFP

Les meilleurs joueurs tricolores trop sollicités 

"Il faut trouver un autre système", dit-il, évoquant la piste des contrats fédéraux, qui permettraient à la FFR d'employer totalement ou partiellement certains des éléments les plus précieux, afin de contrôler davantage leur temps de jeu. "Je suis prêt à tout", assure Pierre Camou. Interrogé sur les moyens dont disposerait la fédération pour financer ces contrats, il a reconnu que "le problème est bien là".

"J'ai convoqué un bureau fédéral extraordinaire jeudi matin à Paris, avec comme seul ordre du jour cette Coupe du monde", a indiqué Pierre Camou, qui préside la FFR depuis 2009. "J'espère que tout le monde va prendre conscience que dans l'intérêt du rugby, le XV de France doit être au centre de notre organisation", a-t-il encore plaidé, en appelant à "aller beaucoup, beaucoup plus loin" dans la protection des meilleurs joueurs français, très sollicités entre leurs échéances en club et en sélection.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de rugby

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.