Cet article date de plus de deux ans.

Rugby : La Rochelle vient à bout d'un Racing 92 indiscipliné, et rejoint le Leinster en finale de la Champions Cup

Les joueurs de Ronan O'Gara disputeront leur seconde finale consécutive après leur succès contre des Franciliens (20-13) qui ont payé au prix fort leurs erreurs.

Article rédigé par Justine Saint-Sevin, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le troisième ligne rochelais Grégory Alldritt au duel avec le trois-quarts centre du Racing Gaël Fickou, le 15 mai 2022 à Lens. (MATTHIEU MIRVILLE / MATTHIEU MIRVILLE)

Les colosses maritimes ont finalement eu raison des feux follets franciliens. Il n'y avait guère de doute quant à l'opposition de style que promettait d'offrir ce choc franco-français entre le Racing 92 et le Stade Rochelais en demi-finale de Champions Cup, dimanche 15 mai, à Lens. Restait à savoir lequel des deux clubs prendrait le dessus et s'avancerait vers une finale électrique face aux Irlandais du Leinster. Au bout d'un match âpre et décousu, marqué par les maladresses rochelaises et l'indiscipline de Ciel et Blanc momentanément réduits à 13, La Rochelle s'est finalement imposé (20-13).  

Les points lâchés au pied (11 points) par Ihaia West, une nouvelle fois pas dans son assiette dans un grand rendez-vous, auraient pu peser lourd dans la balance, mais son comparse Nolann Le Garrec a craqué face aux perches en seconde période. Grâce à ce succès, les hommes de Ronan O'Gara vivront, le 28 mai à Marseille, leur seconde finale consécutive dans cette compétition.

Le paquet d'avants comme valeur sûre

On en avait presque oublié que les Rochelais étaient capables de "gagner moche". S'ils sont parvenus à tenir le ballon conformément à leurs standards (60% de possession), cela faisait un moment qu'on ne les avait pas vus aussi peu en réussite. Maladroits dans les transmissions, longtemps en manque de solutions face à une défense francilienne bien étalée sur la largeur du terrain, les Maritimes ont gâché nombre d'occasions par précipitation (passe au pied directement en touche, dégagement dévissé, relance isolée).  

Mais comme à leur habitude, les Rochelais ont pu s'en remettre à leur assurance tous risques : ce paquet d'avants puissants, capable d'user les corps et de forcer la décision au bout d'un combat acharné. Les deux essais rochelais signés par le troisième ligne Grégory Alldritt (40e+2, 10-8) et l'ouvreur Ihaia West (80e, 20-13) ont été plantés après une mêlée dominatrice et une séquence de pilonnage précise de l'avant-garde des Jaune et Noir.

Après une belle mêlée fermée, Grégory Alldritt se détache pour venir inscrire son 5ème essai européen en coin. Le capitaine rochelais répond à Vakatawa et rapproche les siens du Racing. West dévisse complètement, 10-8 à la mi-temps pour la formation parisienne.
1/2 finale : l'essai rochelais avant la mi-temps Après une belle mêlée fermée, Grégory Alldritt se détache pour venir inscrire son 5ème essai européen en coin. Le capitaine rochelais répond à Vakatawa et rapproche les siens du Racing. West dévisse complètement, 10-8 à la mi-temps pour la formation parisienne.

Malgré du déchet en conquête, le travail d'usure a fini par atteindre des Franciliens obligés de se mettre à la faute. Si les coéquipiers de Teddy Thomas ont répondu présent dans ce duel d'avants et n'ont cette fois pas loupé leur entame de match (pénalité de Le Garrec, puis essai transformé de Vakatawa, 10-0, 26e), ils ont concédé 19 pénalités et récolté deux cartons jaunes en moins de deux minutes (Chat 52e, Gomes Sa 53e). Beaucoup trop pour espérer s'imposer : en général, les équipes tentent de ne pas dépasser les dix pénalités par match.

"La déception est immense. On a été trop indisciplinés, on a eu des occasions, plus qu'eux. Ça fait deux, trois fois qu'on perd en phases finales, ça fait chier. On a énormément de regrets."

Gaël Fickou, trois-quarts centre du Racing 92

au micro de France 2 à la fin de la rencontre

Face à un Leinster impressionnant de maîtrise contre Toulouse, les Rochelais devront montrer un visage bien plus consistant s'ils veulent décrocher leur première étoile européenne. Ils rempliraient alors l'objectif qu'ils se sont fixé en début de saison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.