Champions Cup : champion d'Europe face au Leinster, La Rochelle a "conjuré le sort"

Les joueurs de Ronan O'Gara ont chipé sur le fil le titre de champion d’Europe au Leinster, samedi, au Vélodrome.

Article rédigé par
envoyée spéciale à Marseille - Justine Saint-Sevin - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La joie rochelaise après le sacre en Champions Cup, le 28 mai 2022. (PASCAL GUYOT / AFP)

"C'est énorme, je n'ai même pas les mots", soufflait le troisième ligne rochelais, Grégory Alldritt à la fin de la rencontre, dans une ambiance assourdissante. Le rugissement de libération des dizaines de milliers de spectateurs maritimes présents en tribune ne se calmait pas. Car ce samedi 28 mai, La Rochelle venait de décrocher son premier grand titre : la Champions Cup face à un Leinster que tous plaçaient en favori.  

Qu'importe, les Rochelais, finalistes malheureux l'an passé face à Toulouse, comptaient bien briser cette malédiction qui les faisait trébucher sur la dernière marche à chaque fois (Challenge européen 2019, Top 14 et Champions Cup 2021). Face aux Irlandais du Leinster et leur armada d'internationaux, on leur promettait la foudre. Il faut dire que les coéquipiers de Johnny Sexton avaient pour eux quatre sacres de champions d'Europe et qu'ils dominaient l'édition 2022 de Champions Cup comme aucune équipe n'avait réussi à le faire avant eux.  

La Rochelle avait perdu deux finales l'an dernier, ils étaient peut-être plus affamés que nous.

Leo Cullen, entraîneur du Leinster  

en conférence de presse d'après-match

Autant dire que le défi était aussi immense que la frustration accumulée ces dernières saisons à échouer si près du but. Cette volonté de revanche, les Rochelais en ont parlé toute la saison. Surtout dans la dernière semaine de préparation. "Toute la semaine, on s'est dit qu'il fallait que chacun prenne le temps de se demander s'il la voulait vraiment, abondait Grégory Alldritt. Que les 23 du groupe pensent bien aux blessés, aux absents, aux hors-groupe. À la fin, vous avez vu un groupe déterminé qui pour rien au monde n'aurait laissé la coupe au Leinster", confirmait Grégory Alldritt, les yeux toujours rougis, en conférence de presse. "On ne voulait pas connaître encore cette sensation de voir les autres soulever la coupe devant nous", emboîtait le deuxième ligne Romain Sazy.  

Le président du Stade Rochelais félicite son entraîneur, ses joueurs et tous ses supporters. Vincent Merling savoure ce titre après la désillusion de l'an dernier face au Stade Toulousain.

L'appétit des Rochelais s'est transformé en une solidarité sans faille sur le terrain. Conscients que chaque ballon laissé aux Irlandais serait dangereux, les Maritimes l'ont gardé au chaud au maximum (61% de possession), grâce à des avants généreux en attaque comme en défense. "Ce match, on le gagne devant", livrait le héros du match, auteur de l'essai libérateur, Arthur Retière. Interrogé avant la rencontre leur ancien entraîneur Patrice Collazo, pointait d'ailleurs ce duel d'avants comme la clé de la rencontre.  

Il fallait qu'on se regarde nous, qu'on soit à notre meilleur niveau individuel et collectif. On savait que si on était irréprochables, on pouvait les battre. C'est à l'image de la saison. La conquête, la défense, on les a dominés là-dessus.

Grégory Alldritt, troisième ligne de La Rochelle et du XV de France  

en conférence de presse d'après-match

Une performance que les joueurs de Ronan O'Gara n'auraient pas pu livrer dans ces proportions sans la fureur de supporters tout aussi avides de victoire qu'eux. Chaque plaquage, chaque grattage, chaque mêlée, a été furieusement accompagné dans les tribunes. Si les joueurs avaient tous du mal à trouver les mots pour expliquer ce scénario cousu de fil blanc, tous ont retrouvé leur verbe pour souligner l'importance du public. "On ramène ce trophée à nos supporters et ils le méritent presque plus que nous. Ils ne nous ont jamais lâchés. Quand on voit le Vélodrome ce soir, que demander de plus ? Sur la dernière séquence, quand on se retrouve devant notre virage, je peux vous assurer que ça porte énormément", poursuivait Grégory Alldritt.

Incroyable ! Le Stade Rochelais parvient à inscrire un 3e essai face au Leinster et s'offrir probablement le sacre européen. Retière s'infiltre et allonge le bras pour aplatir sur la ligne. L'Orange Vélodrome entre en fusion !

Après plus de deux minutes de pilonnage intensif de la ligne par les avants, Arthur Retière, trouvait la faille en allongeant son bras. Le stade explosait, il pleuvait de la bière par endroit. Quelques minutes plus tard, les joueurs se tombaient dans les bras et Romain Sazy pouvait enfin dire : "Maintenant, on est champions d'Europe. C'est énorme pour le club, pour sa progression. Il fallait passer par ce moment-là. On a conjuré le sort". Les retrouvailles sur le Vieux-Port de La Rochelle, où les joueurs vont présenter le trophée dimanche, devraient entériner définitivement la chose. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Champions Cup

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.