Cet article date de plus de deux ans.

Agen et Grenoble disent adieu à la Challenge Cup

En s'inclinant à Trévise contre le Benetton (38-24), et en abandonnant en plus le bonus offensif aux Transalpins, Agen a réalisé la très mauvaise opération du jour en Challenge Cup. Face à des Italiens en grande forme à l'image de Tito Tebaldi auteur d'un triplé, les Agenais ont abandonné leurs derniers espoirs de se sortir de cette poule 5 particulièrement indécise jusque-là. Idem pour Grenoble, vaincu chez les Harlequins (38-20).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (RICHARD PERRIMAN/FROZEN IN MOTION/REX/SHUTTERSTOCK/SIPA / SHUTTERSTOCK)

Pour rêver encore de qualification, il fallait un petit miracle.Mais ni Agen ni Grenoble n'ont eu de cadeau de Noël en retard. A Trévise, les Agenais ont rapidement été pris avec deux essais inscrits en moins d'un quart-d'heure par Tito Tebaldi (3e, 14e), lequel réalisera un triplé avec un autre essai à la 64e minute. A la pause, Benetton menait (12-10), après avoir pourtant bénéficié d'une supériorité numérique suite à un carton jaune subi par Sam Vaka (21e). C'est au retour des vestiaires que tout partait dans le mauvais sens. Un essai de Monty Ioane (43e), deux autres de Tavuyara (48e, 58e) et le 3e de Tebaldi pour offrir aux Transalpins un net avantage (38-10). En fin de match, Vaka (69e) puis Tetrashvili (74e) allégeaient l'addition.

Au Twickenham Stoop, dans l'antre des Harlequins, la pluie d'essais n'a pas souri aux Grenoblois. Celui de Berruyer avait donné le ton à cette rencontre complètement folle dès la 1re minute. Mais avec des essais de Care (9e), Brown (14e) et Murley (18e), les Quins ont fait basculer le match très rapidement (21-5) pour valider leur bonus offensif dès la première période. Malgré le doublé de Cordin (23e, 34e) qui les a ramenés à la pause (28-17), les Isérois ont encore subi en deuxième période pour s'incliner finalement (38-20). 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Challenge Cup

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.