Cet article date de plus de trois ans.

Affaire Altrad-Laporte : les domiciles de Mohed Altrad et Bernard Laporte également perquisitionnés

Comme le siège de la Fédération française de rugby à Marcoussis, les domiciles respectifs de Mohed Altrad et Bernard Laporte ont également été perquisitionnés mardi, a appris franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bernard Laporte (g) et Mohed Altrad (d), ci-contre le 19 février 2017 à Montpellier. (MAXPPP)

Les domiciles respectifs de Mohed Altrad et Bernard Laporte ont été perquisitionnés mardi 23 janvier au matin, dans le cadre de l'enquête préliminaire sur les pressions dont est soupçonné le président de la FFR pour réduire des sanctions disciplinaires contre le club de Montpellier dirigé par Mohed Altrad, a appris franceinfo de source proche du dossier. Ces deux perquisitions ont eu lieu en même temps que celle menée au siège de la Fédération française de rugby à Marcoussis (Essonne).

"Il y a eu des perquisitions qui sont le passage obligé de toute enquête financière (…), donc c'est un acte qui n'a aucune autre portée que celle d'avoir été accompli. Ont-ils saisi tel ou tel document, notes, etc…on, n'en sait rien, on verra", réagit l'avocat de Bernard Laporte, Me Jean-Pierre Versini-Campinchi, joint par franceinfo.

Bernard Laporte est soupçonné d'être intervenu pour réduire des sanctions disciplinaires visant le club dirigé par le chef d'entreprise Mohed Altrad, dont le groupe avait signé un contrat avec une de ses sociétés, avant que le dirigeant de la FFR renonce, face à la polémique. Le groupe Altrad est également sponsor du XV de France.

Le ministère des Sports a décidé, en décembre 2017, de transmettre le rapport de l'Inspection générale des services judiciaires à la justice.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.