Cet article date de plus de six ans.

Roland-Garros 2015 - Nadal, 10 ans en 10 matchs : 2014, en attendant la décima

Il y a dix ans, Rafael Nadal explosait sur la scène mondiale en décrochant son premier titre du Grand Chelem, quelques jours après avoir fêté ses 19 ans. Sur cette décennie, il a régné sur l’ocre de la Porte d’Auteuil comme personne avant lui. Retour sur ces dix saisons qui l’ont mené vers la légende. En 2014, Nadal ne part pas favori face à Novak Djokovic. Et pourtant, une nouvelle bataille acharnée lui offre un 9e titre record.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Tour : Finale
Adversaire : Novak Djokovic (SER. N.2)
Score : 3-6, 7-5, 6-2, 6-4

Le contexte : Dominé par Novak Djokovic lors de leurs quatre derniers affrontements, dont le dernier sur la terre-battue de Rome, Nadal retrouve son rival serbe en finale. La passation de pouvoir semble plus proche que jamais.

Le match : Une lutte tendue, acharnée. La nervosité crève l’écran dans le premier set pour ce nouveau duel au sommet. A l’image de leurs derniers duels, c’est Novak Djokovic qui prend le meilleur départ. Crispé et un peu attentiste, Nadal ne peut que constater les dégâts en perdant le premier set. Le tournant du match a lieu dans la deuxième manche. Au forceps, Rafa va faire pencher le set en sa faveur en breakant au meilleur moment. Il n’y a qu’à voir son hurlement de soulagement après le gain de cette manche pour comprendre que la rencontre vient de se jouer. Djokovic aura du mal à s’en relever. Bousculé physiquement, atteint par des crampes à cause de l’humidité ambiante ce jour là, on le verra même vomir sur le court et s’écrouler sur sa chaise à un changement de côté. Pourtant le fighting spirit de Nole est toujours là. Breaké dans le quatrième set, il fait son retard et l’on se dit que la rencontre pourrait de nouveau être incertaine. Une vilaine double faute sur la première balle de match de l’Espagnol vient clore le débat.

Pourquoi c’est exceptionnel : Parce qu’aucun joueur n’avait réussi à remporter neuf fois le même tournoi sur le circuit. Alors le faire sur un tournoi du Grand Chelem défie tout entendement ! Difficile d’imaginer que ce record sera battu un jour… Sauf par Rafa lui-même. S'il y parvenait, il décrocherait une "décima" unique en son genre. Plus fort que Martina Navratilova (9 Wimbledon). De quoi l'assoir pour l'éternité au sommet de la terre-battue.

Ce qu’en pense Rafa : "Il y a toujours beaucoup d'émotions quand vous gagnez Roland-Garros. Et de plus en plus, au fur et à mesure que vous vieillissez. Ça demande tellement de travail. Je veux profiter du moment. Parce que ça ne durera pas. J'aurai peut-être encore quelques opportunités, mais je ne sais pas si je gagnerai à nouveau."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.