Cet article date de plus de trois ans.

Qui gagnera la Coupe du monde ? Un algorithme a prédit le classement des 32 nations

C’est définitivement LE sujet du moment. A J-26, la Coupe du Monde 2018 est dans toutes les bouches et tous les esprits. Et il semblerait que tout le monde ait décidé de surfer sur la tendance à sa manière. La banque suisse UBS a utilisé ses programmes informatiques de prédiction économique pour deviner cette fois le résultat du Mondial du 14 juin au 15 juillet. Alors… Votre pronostic avant de découvrir le leur ?
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Les analystes ont donc saisi le classement des équipes et la difficulté de chacune d’entre elles à se qualifier ou non pour les différentes étapes. Le facteur chance n’a pas non plus été laissé de côté puisque les spécialistes d'UBS l’ont bien pris en compte. Au total, Europe 1 rapporte que la banque a réalisé pas moins de 10 000 simulations… Soit 10 000 Coupes du monde virtuelles !

En définitif, le résultat final n’est pas très original. En première position, l’algorithme donne gagnante l’Allemagne avec 24% de chance. Viennent ensuite le Brésil avec 20% puis l’Espagne qui serait alors perdante en demi-finale avec 16.1%. La première surprise du classement arrive au pied du podium avec l’Angleterre qui se trouve juste devant la France ! Un choix étrange au vue des spéculations des bookmakers qui donnent d'habitude davantage gagnante l’Hexagone plutôt que Angleterre. A en croire UBS, la France devrait donc perdre en quart de finale face à l’Espagne

L'Italie dans le classement 

Une aberration saute pourtant aux yeux. L’algorithme d’UBS a réussi a placer en douzième position l’Italie… Une étrange décision étant donné que la Squadra Azzurra n’a pas été qualifiée pour le Mondial 2018...

Ce type de classement est-il finalement fiable ? Il semblerait que les statistiques donnent quelque peu raison à la banque suisse. Car en 2006, UBS avait eu tout bon et avait prédit correctement la victoire de l’Italie. Cependant, des retournements comme la raclée qu’avait pris le Brésil à domicile face à l’Allemagne (7 buts à 1) en 2014 n’ont pas été prédit. Alors utile d’user d'un algorithme pour prédire un résultat sportif ? Peut-être mieux vaut-il laisser faire le jeu…

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.