Cet article date de plus de quatre ans.

Que va devenir Rio après les Jeux Olympiques ?

Au revoir Rio ! Les compétitions se sont achevées hier, mais la ville brésilienne doit encore accueillir les Jeux Paralympiques, alors que les questions de l’impact économique et de l'avenir des installations se posent déjà.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Les bâtiments du village olympique, construits pour les JO, a accueilli les délégations d'athlètes © Maxppp ©)

Les Jeux Olympiques de Rio n’ont pas été parfaits et les Paralympiques, du 7 au 18 septembre, devraient l’être encore moins. Les billets ne se vendent pas et les caisses sont vides en dépit d’une rallonge de 70 millions d’euros. Philip Craven, le président du comité international, affirme ne jamais avoir eu à faire à pareille situation.

Les Jeux Paralympiques ont d'abord été frappés par une polémique. A trois semaines de leur lancement, les participants ont appris qu'une partie du budget avait été utilisé pour les JO. Après s’être opposé au versement de fonds supplémentaires pour la compétition, la justice brésilienne, sous pression, a finalement décidé de débloquer une somme pour l'organisation de ces seconds Jeux. Mais les participants devraient avoir droit à une compétition au rabais.

Les cérémonies d’ouverture et de clôture seront plus modestes, le nombre d'installations va être réduit ainsi que le nombre d’experts venant de l’étranger. Ces seconds Jeux devront se reposer sur l’expérience limitée du personnel brésilien, dont une partie s’est contentée, il y a trois semaines, de venir de récupérer l’uniforme Rio 2016 avant de déserter le parc olympique. Des coupes budgétaires sont mêmes envisagées sur la nourriture servie aux athlètes.

L’Etat de Rio en faillite

Les chantiers olympiques ont été financés à 43% par des fonds publics et l’Etat de Rio s’est déclaré en faillite. Malgré ce bilan, Marcelo Freixo, figure anti-corruption et candidat à la mairie de Rio, considère ces JO comme un succès, même s'il espère que sa ville ne connaîtra pas le même destin qu’Athènes.

"Athènes souffre encore des conséquences des Jeux qu’elle a organisés, ce qui n’avait pas empêché les gens d’en profiter à l’époque. A Rio, la situation est préoccupante car il y a une absence de transparence des comptes publics. On ne sait pas vraiment dans quel état ils sont, mais je ne pense pas que ce soit comparable à Athènes… En tout cas je ne l’espère pas."

A LIRE AUSSI ►►► La facture de plus en plus lourde des JO de Rio : + 40%

Après les Jeux, que faire du parc olympique ?

Cette question se pose tous les quatre ans. Comment recycler les installations et faire en sorte que les 10 milliards d’euros injectés dans les chantiers de Jeux n’aient pas simplement dynamisé la ville pendant 15 jours et plombé les finances de la ville organisatrice ?

"Pour les infrastructures, il s’agit de partenariats public-privé. L’histoire retiendra surtout qu’il y aura eu un Rio avant les Jeux et un meilleur Rio après les Jeux ", garantit Thomas Bach, le président du comité international.

Même si la réhabilitation de la zone portuaire a remporté un réel succès populaire, des inquiétudes planent sur les autres infrastructures. Des projets existent, mais il faudra sans doute de nouveaux investissements pour qu’ils aboutissent.

A LIRE AUSSI ►►► Rio 2016 : la France repart avec 42 médailles !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.