Cet article date de plus d'onze ans.

Policiers et grévistes s'affrontent

La police sud-africaine aurait tiré jeudi des grenades assourdissantes pour disperser un groupe de stadiers grévistes au Cap. Une dizaine d'arrestations aurait également eu lieu, a indiqué la chaîne de télévision privée e.tv. Ces affrontements ont lieu en plein mouvement de grève des stadiers, qui protestent contre leurs "salaires de misère". Pour palier à l'absence des stadiers, la police avait été appelée en renfort pour assurer la sécurité dans les stades.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Selon les forces de l'ordre, au moins dix grévistes ont été interpellés devant les bureaux de la société qui les emploie, Stallion Security Consortium. Cette entreprise privée a été chargée par le comité local d'organisation du Mondial-2010 d'assurer la sécurité dans certains stades, mais les conditions salariales seraient indécentes, de l'avis des grévistes. Les protestations qui ont débuté dimanche à Durban, visent avant tout une réduction de salaire imposée par leur employeur. Dimanche, 400 stadiers avaient manifesté après le match Allemagne-Australie (4-0), avant que la police n'intervienne.

Cette grève a eu l'effet d'une traînée de poudre, leurs collègues du Cap ayant le lendemain décidé de ne plus assurer la sécurité de la rencontre Italie-Paraguay (1-1), juste avant le début de la rencontre. Après ces ratés, le gouvernement sud-africain a demandé à la police d'assurer ce rôle pour quatre des dix stades du Mondial (au Cap, à Durban, à Port Elizabeth et autour du stade de  l'Ellis Park, à Johannesburg).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.