Cet article date de plus de dix ans.

Nouvelles critiques de la presse madrilène contre l'arbitrage

La presse madrilène critiquait une nouvelle fois l'arbitrage qui a selon elle rendu la victoire "impossible" pour le Real Madrid. "C'était mission impossible", lançait à la Une le quotidien Marca, partisan du Real Madrid, en affirmant qu'une "mauvaise décision d'arbitrage supplémentaire contrarie le retour de Madrid". L'arbitre Frank de Bleeckere "a inventé une faute" de Cristiano Ronaldo "qui a empêché le 0-1 de Higuain", assurait le journal madrilène.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

As reconnaît que Barcelone a "joué un meilleur football". Cependant, ajoute le journal, "nous ne saurons jamais comment ils auraient joué avec le désavantage d'un but encaissé à la 46e minute. En annulant ce but, l'arbitre a annulé aussi deux exploits possibles, celui de Madrid et celui du Barça". Lors de la demi-finale retour de la Ligue des Champions mardi au Camp Nou de Barcelone, l'arbitre a refusé un but de l'Argentin Gonzalo Higuain pour une faute de Cristiano Ronaldo sur Mascherano, provoquant la colère dans le camp madrilène. Après la victoire du Barça 2-0 en match aller, la rencontre s'est terminée sur un nul (1-1) qui a permis la qualification de l'équipe catalane pour la finale prévue le 28 mai à Wembley.

Une polémique entre les deux clubs avait déjà éclatée après le match aller et l'entraîneur du Real Madrid José Mourinho avait tenu des propos très durs sur l'arbitrage. "L'arbitre est un obstacle", "Mourinho avait raison", titrait le quotidien ABC. La presse catalane savourait elle la qualification. "A Wembley", lançait en première page Mundo Deportivo. "Barca, le juste finaliste, contre Madrid qui une fois de plus se pose en victime". "Au revoir Madrid! Nous allons à Wembley", titrait Sport, l'autre quotidien sportif de Barcelone. "Un Barça intelligent enterre le mythe de Mourinho."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.