Cet article date de plus d'un an.

Mondiaux de natation : Sun encore défié sur le podium

Deux jours après le refus de l'Australien Horton de monter sur le podium du 400 m, déjà remporté par le nageur chinois, ce fut au tour du Britannique Duncan Scott ce mardi, troisième ex aequ, de manifester sa défiance envers lui en refusant de lui serrer la main. Sun Yang et Duncan Scott ont chacun écopé d'un avertissement de la part de la FINA.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.

La lutte contre le dopage, y compris sur les podiums: à une nouvelle victoire de Sun Yang, sur 200 m cette fois, a répondu une nouvelle défiance protocolaire aux Championnats du monde de natation, mardi à Gwangju (Corée du Sud). Dans le bassin coréen, la compétition s'est donc ouverte sur une nouvelle soirée de polémique avec la victoire de Sun (1:44.93), obtenue après la disqualification du Lituanien Danas Rapsys, sanctionné pour avoir bougé sur le plot de départ.

Deux jours après le refus de l'Australien Horton de monter sur le podium du 400 m - déjà remporté par le nageur chinois au coeur d'un contrôle antidopage polémique en septembre dernier, au cours duquel il lui est reproché d'avoir cassé à coup de marteau un échantillon de sang - ce fut au tour du Britannique Duncan Scott, troisième ex aequo de manifester sa défiance envers lui.

Avertissement pour Sun et Scott

A l'inverse de Horton, Scott (22 ans) est bien monté sur la troisième marche du podium pour recevoir sa médaille de bronze. Mais il a ensuite refusé de serrer la main à Sun, puis est resté à l'écart de la photo souvenir. Pas du goût du grand Chinois de près de deux mètres, qui a d'abord brandi un poing rageur en sa direction en exultant "J'ai gagné, j'ai gagné !", puis en lui lançant "Tu es un perdant, je suis un gagnant" une fois la cérémonie protocolaire terminée. Les deux ont reçu un avertissement de la Fina, pour "comportement inapproprié", comme cela avait été le cas pour Horton. Si Scott n'a pas commenté son geste, il a reçu le soutien du brasseur britannique star Adam Peaty."Il a complètement raison. Le plus important en tant que sportif, c'est que vous pouvez faire entendre votre voix, Duncan l'a fait", a-t-il salué. La présence de Sun, non sanctionné par la Fina, pour vice de forme, irrite beaucoup de nageurs.

D'autant que le Chinois de 27 ans sera entendu par le Tribunal arbitral du sport (TAS) en septembre, après que l'Agence mondiale antidopage (AMA) a fait appel. Déjà suspendu trois mois pour dopage en 2014, il risque la suspension à vie qui s'applique en cas de récidive. En attendant, en s'offrant un onzième sacre mondial, Sun a rejoint l'Australien Ian Thorpe au rang de troisième nageur le plus couronné de l'histoire sur la scène mondiale, lui qui s'affiche jusque sur des "tote bags" dans les rues de Gwangju."C'est ma médaille d'or la plus chanceuse. Mais la chance sourit à ceux qui travaillent dur", a-t-il déclaré, avant que sa venue en conférence de presse soit annulée en raison d'un contrôle antidopage qui s'est prolongé. Et ce n'est peut-être pas fini : il nagera la finale du 800 m mercredi soir.

Ledecky malade

Chez les femmes, toujours sur 200 m, une cascade de forfaits majeurs avait précédé les séries dans la matinée. En tête, celui de la reine Ledecky pour "raisons médicales". Ledecky (22 ans) replongera-t-elle dans le bassin coréen ? Point d'interrogation. Deux jours après avoir été détrônée par la jeune Australienne Ariarne Titmus sur 400 m, elle qui était invaincue sur cette distance en championnat majeur, la quintuple championne olympique et quatorze fois championne du monde a, outre le 200 m, renoncé à la finale du 1500 m, spécialité dont elle était triple tenante de la couronne mondiale.

En l'absence de Ledecky, Simona Quadarella a parfaitement saisi l'occasion qui s'offrait à elle. Médaillée de bronze mondiale il y a deux ans, et, surtout, triple championne d'Europe l'été dernier, sur 400 m, 800 m et 1500 m, l'Italienne s'est imposée en 15 min 40 sec 89. A vingt ans, sa première couronne mondiale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.