Cet article date de plus de deux ans.

Mathias Bourgue finit par céder, Martinez trop fort pour Geoffrey Blancaneaux

Mathias Bourgue a tout donné mais a fini par céder face à la tête de série numéro 1 du tournoi de qualifications (7-6 7-5). De son côté, Geoffrey Blancaneaux, vainqueur de Roland Garros junior en 2016 s'est incliné logiquement en deux petits sets (3-6, 1-6) face à l'Espagnol Pedro Martinez (tête de série n°26).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (IBRAHIM EZZAT / NURPHOTO)

Mathias Bourgue a tout donné mais a rendu les armes

Il affrontait la tête de série 1 du tableau des qualifications, mais ça ne l'a pas impressionné plus que ça. Mathias Bourgue a rendu les armes après avoir délivré un beau combat sur un court numéro 7 embrasé (7-6 7-5). A l'image de son match, les derniers jeux ont donné lieu à des points spectaculaires, dont quatre balles de match magnifiquement sauvées dans le dernier jeu. Mais l'Américain a finalement fait respecter la hiérarchie pour se qualifier pour le grand tableau. 

Blancaneaux essoré

Le miracle n’a pas eu de lendemain. C’est peut-être la même la conséquence directe de cette remontée fantastique au précédent tour si Geoffroy Blancaneaux n’est jamais entré dans son match ce vendredi. Pour rappel, il est revenu après avoir été mené 4-0 au troisième set et alors qu’il semblait à bout physiquement. Face à Pedro Martinez, tête de série numér 26, son manque d’énergie a payé cher.

C’est pourtant le Français qui a démarré le match tambour battant, en remportant sûrement l'un des plus beaux points de ces qualifications. 

Personne ne se doutait alors qu’il avait tout donné dans ce point. Physiquement, la suite a été un lent supplice. Mis à part un ultime sursaut d’orgueil à 5-0 balle de match contre lui dans le deuxième set, Blancaneaux n’a plus refait surface.  6-3 6-1, la facture est salée pour celui qui avait enchanté le public français lors des deux premiers tours.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.