Ludovic Chorgnon, 41 Ironman en 41 jours : "Pas un effort surhumain"

Un habitant du Loir-et-Cher a bouclé 41 triathlons Ironman en seulement 41 jours. Objectif : promouvoir le dynamisme de son département, le 41.

(Ludovic Chorgnon, pendant son ultime Ironman © MAXPPP)

Le 1er juillet, Ludovic Chorgnon a entamé un triathlon Ironman : 3,8 kilomètres de nage, 180 kilomètres de vélo et un marathon. Puis il a réitéré l’expérience quotidiennement, durant 41 jours. Lundi vers 19h30, “Ludo le fou” a achevé cet exploit sportif, acclamé par des milliers de personnes à son arrivée. Si le maire de Vendôme a salué un “exploit surhumain” , le principal intéressé se montre plus modeste : “Ce n'est pas si incroyable que cela. Ce n'est pas un effort surhumain. Le corps est bien fait” déclare-t-il sur France Info.

A LIRE AUSSI ►►► Un défi hors norme dans le Loir-et-Cher : 41 Ironman en 41 jours

Il faut dire que le chef d’une entreprise de communication pratique différents sports depuis son plus jeune âge : Ludovic Chorgnon indique sur son site avoir joué au football durant 23 ans, pratiqué la natation pendant 13 ans et avoir réalisé son premier triathlon à 18 ans.

"Ce n'est pas si incroyable que cela " - Ludovic Chorgnon sur France Info
--'--
--'--

Un régime très particulier

Pour tenir le rythme durant ces 41 jours, le sportif a adopté un régime alimentaire spécial :

“Je ne mange que des choses très bonnes et très naturelles. Elles sont calculées par mon diététicien et mon médecin. Tout cela à base de produits naturels. Prendre plaisir à manger est important pour moi.”

Didier Rubio, diététicien du XV de France pendant le Mondial 2007, et le docteur Alain Aumarechal ont gardé un oeil sur sa santé au cours de ces 41 triathlons Ironman. Avec 8.000 à 9.000 calories brûlées par jour, le sportif a dû s’alimenter davantage : “De 05h00 à minuit, il mangeait des féculents, du riz, de la polenta, des pommes de terre, du saumon, du boudin noir, du foie de veau, de la viande blanche ou encore des oeufs en omelette”,  détaille le docteur Aumarechal.

Promouvoir le 41

"L'idée principale, ce n'est pas de battre un record du monde. J'avais l'ambition de n'être rien de plus qu'une étincelle pour mettre le feu au Loir-et-Cher et faire savoir où se trouve le Loir-et-Cher en France", affirme Ludovic Chorgnon sur France Info.

Avec son exploit sportif, il espère avant tout mettre en lumière le dynamisme de son département et le faire découvrir “aux millions de personnes qui n’imaginent pas la qualité de vie que l’on peut avoir, le fait qu’il y ait des entreprises qui sont pas en crise mais en croissance.”

Ludovic Chorgnon a d’ailleurs pu compter sur des partenaires privés et publics, “qui sont exactement dans la même dynamique” , pour financer le projet à hauteur de 150.000 euros. De quoi couvrir, entre autres, les frais d’homologation de son exploit par la Fédération française de triathlon et par le Guinness des records : le précédent record ne s’élevait qu’à 10 Ironman consécutifs.