PSG-Manchester City : comment les supporters parisiens ont tenté de vivre l’événement à distance

Banderoles sur le périphérique, cortège au départ du bus des joueurs et feux d’artifices : les supporters parisiens ont fait ce qu’ils ont pu pour soutenir le PSG, finalement battu par Manchester City en demi-finale aller de la Ligue des champions.

Article rédigé par
Adrien Hémard - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Le Parc des Princes avant la rencontre entre le PSG et Manchester City. (Adrien Hémard)

Lundi 26 avril, le Collectif Ultras Paris, principal groupe de supporters du PSG, a lancé un appel sur les réseaux sociaux : "Afin de manifester notre soutien au club rouge et bleu, nous vous invitons à afficher fièrement les couleurs du PSG le jour de la demi-finale contre Manchester City, mercredi 28 avril". Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les supporters parisiens ont entendu cet appel. Tout au long de la journée, la capitale a vibré autour de la rencontre, avant une fin de soirée précipitée par la défaite des Parisiens dans cette demi-finale aller (1-2). 

12 heures : le périphérique aux couleurs du PSG

Depuis quelques jours, les petites mains du Collectif Ultras Paris (CUP) étaient au four et moulin, entre le tifo déployé au stade (voir par ailleurs), et la confection de multiples banderoles de soutien. Disposées sur le trajet entre l'hôtel des joueurs à Rueil-Malmaison et le Parc des Princes, ces dernières ont été visibles dès ce matin et une bonne partie de la journée. A l'entrée du tunnel qui passe sous l'antre du PSG, on pouvait ainsi lire "Briller pour la ville lumière". Plus loin sur le périphérique, on retrouvait le classique "Vaincre pour Paris" et une promesse : "Le peuple rouge et bleu uni pour régner sur l'Europe". Bref, une opération réussie pour le CUP, même soutenu par la Ville de Paris via les panneaux électroniques d'affichage municipal.

18 heures : la porte de Saint-Cloud en rouge et bleu

La ville de Paris n'est d'ailleurs pas la seule à avoir entendu l'appel du CUP : les Parisiens l'ont même suivi. Pour s'en convaincre, il suffisait de déambuler porte de Saint-Cloud - aux abords du Parc des Princes - en fin d'après-midi. Sur les scooters, dans les squares, aux fenêtres : partout où l'on posait l'œil, on tombait sur un logo, une écharpe ou un drapeau du club. Y compris sur le dos de certains scooters ou livreurs. De la terrasse des Trois Obus, QG habituel des supporters parisiens, Luca, pizzaïolo de l'établissement, appréciait le spectacle : "Cela fait plaisir de retrouver un peu cette effervescence des jours de match. Le quartier vit depuis ce matin au rythme de la rencontre". Même si habituellement, des centaines de personnes garnissent sa terrasse, Luca avait le sourire : "C'est bon signe pour la suite. Et puis, allez Paris !".

18h05 : les Ultras parisiens en place devant l'hôtel 

Pendant ce temps-là, quelques kilomètres plus à l'ouest du côté de Rueil-Malmaison, les Ultras parisiens étaient fidèles au rendez-vous qu'ils avaient fixé : à savoir venir encourager les joueurs au pied de l'hôtel où le PSG était en mise au vert. Habituellement, le club parisien a ses habitudes dans le 16e arrondissement, mieux desservi. Cela n'a pas empêché plusieurs centaines de supporters de se rendre sur place, couvre-feu ou pas. Et bien avant le départ du bus, l'ambiance était déjà au rendez-vous.

18h39 : le PSG dévoile le tifo monumental

Dans un monde sans Covid, il faut attendre l'entrée des équipes sur la pelouse pour découvrir les animations prévues par les Ultras en tribune. Mais dans le monde actuel, les tifos sont déployés en tribunes les jours qui précèdent la rencontre, et y restent tout au long des quatre-vingt-dix minutes. Déjà auteurs d'une superbe fresque contre le Bayern Munich, les Ultras parisiens ont remis ça, et de plus belle, pour la réception de Manchester City. A plus de deux heures du coup d'envoi, le club a ainsi partagé ce travail titanesque sur les réseaux, avant l'ouverture des portes. Du grand art.

18h45 : La pluie et le couvre-feu calment les ardeurs

Pendant ce temps, autour du Parc des Princes, la foule s'agglutine doucement. Rien de comparable à un jour de match classique, évidemment, mais l'atmosphère européenne règne, bien plus que contre le FC Barcelone en huitième de finale, et le Bayern Munich en quart. Les supporters parisiens sont beaucoup plus nombreux. Aucun chant lancé pour autant, mais une vraie effervescence qui monte à mesure que le coup d'envoi approche.

Tout le monde cherche à savoir par où arrivera le bus, même si c'est peine perdue à cause du dispositif policier élargi. Pas de quoi effrayer certains comme Franck, 38 ans, qui assure qu'il restera là toute la soirée : il n'y a pas de couvre-feu aujourd'hui, parce que c'est jour de match, sourit-il, casquette du PSG sur le crâne et maillot sur le dos. Il promet qu'il sera là jusqu'au bout : ce n'est pas tous les jours qu'on joue une demi-finale de Ligue des champions, on doit être là pour nos joueurs, même sans entrer dans le stade. On tirera des feux d'artifice, on chantera, promet Franck.

19h35 : le bus du PSG quitte l'hôtel

Les images parlent d'elles-mêmes : après plus d'une heure à se chauffer les cordes vocales, les supporters parisiens donnent tout. Les joueurs viennent de monter dans le bus, direction le Parc des Princes. Fumigènes, tambours et chants : le Collectif Ultras Paris fait le spectacle, à la hauteur de l'événement. 


Après quelques minutes de trajet, le bus du PSG arrive au Parc des Princes où l'ambiance est toute autre. D'abord parce que le couvre-feu et la pluie ont découragé plus d'un supporter, et surtout parce que le périmètre de sécurité autour du stade a été élargi par les forces de l'ordre. Impossible d'approcher du parvis de la tribune d'honneur sans une accréditation. Même les riverains doivent faire le tour du pâté de maison pour entrer chez eux. Résultat : le bus parisien s'engouffre vite dans les coursives du stade.

21h09 : Le feu d'artifice promis a lieu

L'hymne de la Ligue des champions a retenti depuis une dizaine de minutes déjà lorsque des feux d'artifices viennent illuminer le ciel du Parc des Princes, comme attendu. Ce seront les seuls de la soirée. Hasard ou pas, le PSG ouvre le score dans les minutes qui suivent grâce à une tête de Marquinhos. La joie du clan parisien résonne dans le stade. Paris déroule sur le terrain, mais s'apprête à sombrer en seconde période.

23 heures : Parc des Princes, morne plaine

Après la qualification contre le FC Barcelone et celle contre le Bayern Munich, plusieurs curieux avaient réussi à déjouer un dispositif policier tolérant pour s'approcher du stade. L'objectif : apercevoir un joueur, un bus. Et accessoirement les remercier pour leur prestation.

Des choses que l'on a moins envie de faire après une défaite, forcément. Alors au moment de quitter le Parc des Princes après la défaite du PSG, il n'y avait rien d'étonnant à ne croiser que des journalistes en duplex au pied de la tribune Borelli. Aucun supporter parisien dans les parages, pas même Franck qui nous avait pourtant promis d'être là pour débriefer la rencontre. Entre-temps, le PSG a perdu sa demi-finale aller. Pour la fête, il faudra repasser mardi, en cas de victoire à Manchester. En attendant, rideau.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.