Cet article date de plus de six ans.

Le Qatar a versé 1,8 M dollars à la CAF pour "exposer" son projet

Le Qatar a versé 1,8 million de dollars (1,6 M EUR) à la Confédération africaine (CAF) en janvier 2010 "pour pouvoir exposer leur projet" de candidature au Mondial-2022, a déclaré son président Issa Hayatou dans l'hebdomadaire Jeune Afrique, niant toute corruption. "Il s'agissait de 1,8 million de dollars, pas de 1 million. Versés en deux fois 900.000 dollars. Les Qataris nous les ont donnés pour pouvoir exposer leur projet (de candidature à la Coupe du monde 2022) lors du congrès" de Luanda en janvier 2010 en marge de la Coupe d'Afrique des nations, selon le président de la CAF.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Etait-ce une manière d'acheter les voix des Africains ? Réponse de M. Hayatou: "Non. D'ailleurs, j'ai convoqué immédiatement après le comité exécutif de la CAF pour dire que ce qui s'était passé ne nous engageait en rien. Je n'ai donné aucune consigne, et chacun a voté en son âme et conscience." Interrogé sur cette exposition de projet, un porte-parole de la CAF a précisé à l'AFP que "ce comité (de candidature du Qatar) souhaitait avoir ce privilège en exclusivité". "La proposition a été présentée aux membres du comité exécutif qui l'ont adoptée. Le Qatar a présenté son projet. L'argent a été payé à la CAF et figure dans les états financiers de la Confédération", a ajouté le porte-parole.

Concernant les allégations de Phaedra Almajid, ancienne membre du comité de candidature qatari qui accuse M. Hayatou d'avoir négocié sa voix 1,5 million de  dollars, le président de la CAF a répondu qu'elle racontait "n'importe quoi". "On lui demande de fournir des preuves. Elle n'en a pas apporté", déclare-t-il. Face aux scandales qui secouent la Fifa, le président de la CAF a indiqué qu'il n'était personnellement pas inquiet: "Je n'ai peur de rien, car je n'ai rien fait. Ma conscience est tranquille."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.