Le National 2 et la D2 féminine "ne pourront pas reprendre dans l'immédiat" selon le ministère des Sports

Alors qu’un accord avait été trouvé entre la Fédération française de football et le ministère des Sports pour la reprise du National 2 et de la D2 féminine, l’évolution de l’épidémie de Covid-19 pousse le gouvernement à revenir sur sa décision. Ces championnats amateurs ne reprendront pas aux dates initialement prévues.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le N2 et la D2 féminine ne reprendront pas aux dates prévues.  (MELANIE LAURENT / A2M SPORT CONSULTING)

Alors qu’ils avaient reçu le feu vert du gouvernement pour une reprise, les championnats de National 2 et de D2 féminine devront encore patienter. Joint par France TV Sport, le ministère des Sports affirme qu’ils "ne pourront pas reprendre dans l’immédiat". Une décision expliquée par l’aggravation du contexte sanitaire ces derniers jours : "Dans le contexte du moment où 20 départements sont sous une vigilance extrême et que le gouvernement fait tout pour repousser un confinement, il est malheureusement impossible d’envisager aujourd’hui une reprise des divisions amateures ou semi-professionnelles".

Invité de RMC mercredi 3 mars, le président de la FFF, Noël Le Graët, avait laissé présager cette décision : "Ça va être extrêmement difficile de reprendre les compétitions parce qu'il semblerait qu'une circulaire nous demande de ne pas jouer au football pendant un mois". A l’arrêt depuis cinq mois, le National 2 devait reprendre le 13 mars, et la D2 féminine à partir du 18 avril. La Coupe de France est quant à elle autorisée à se poursuivre "au titre de la continuité professionnelle puisque cette compétition hybride mixe des clubs amateurs avec des clubs professionnels".

Le ministère assure que Roxana Maracineanu "travaille actuellement à un plan par étapes pour donner des perspectives de reprise progressive au monde sportif".

-

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.