Le mari de Jeannie Longo aurait commandé pour 15 000 euros d'EPO

Au cours de sa garde à vue, Patrice Ciprelli a reconnu avoir acheté ce produit "pour son usage personnel", sans en informer son épouse.

L\'entraîneur Patrice Ciprelli et son épouse, la championne cycliste Jeannie Longo, le 27 octobre 2011, à Grenoble (Isère).
L'entraîneur Patrice Ciprelli et son épouse, la championne cycliste Jeannie Longo, le 27 octobre 2011, à Grenoble (Isère). (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Le mari et entraîneur de Jeannie Longo, Patrice Ciprelli, a été mis en examen vendredi 10 février. L'époux de la championne cycliste a reconnu au cours de sa garde à vue jeudi avoir acheté de l'EPO "pour son usage personnel".

"Il a été libéré sous contrôle judiciaire", indique son avocat, Pierre Albert. Le mari de Jeannie Longo est suspendu de ses fonctions d'entraîneur professionnel et devra demander une autorisation avant de quitter la France.

• Qu'on découvert les gendarmes ? 

Les gendarmes ont identifié quinze achats d'EPO effectués depuis 2007, pour un montant total de 19 800 dollars (15 000 euros), selon une source proche de l'enquête, qui évoque un "dopage permanent" depuis cette date.

Dans un sac appartenant à Patrice Ciprelli, les enquêteurs ont retrouvé un document sur lequel était inscrit un mot de passe permettant d'accéder au compte internet qu'il utilisait pour passer ses commandes d'EPO. Ce qui leur a permis de retrouver ses anciens achats, lesquels étaient notamment passés à une pharmacie turque, par le biais de sociétés basées à l'île Maurice, selon la même source.

• Qu'est-il reproché à Patrice Ciprelli ?

Selon son avocat, Patrice Ciprelli est mis en examen pour infraction au Code des douanes, car l'EPO achetée venait de Turquie, ainsi que pour infraction au Code de la santé. Il avait été interpellé mercredi, dans son chalet de Saint-Martin-le-Vinoux (Isère). Les policiers ont également arrêté un ami de Patrice Ciprelli, Michel Lucatelli, directeur de l'équipe de France de ski cross.

Jeannie Longo, la championne française la plus titrée de l'histoire du cyclisme, a été entendue, elle, comme témoin à la gendarmerie de Grenoble et "a répondu à ce qui lui était demandé", a expliqué l'avocat des époux, Me Bruno Ravaz. Patrice Ciprelli dit avoir acheté de l'EPO sans en informer sa femme. "Elle ne peut pas être suspectée, selon Me Pierre Albert. Dans leur vie privée, à cette période-là, je ne crois pas qu'ils vivaient ensemble."

• Quelles raisons donne-t-il à ces achats d'EPO ?

Patrice Ciprelli a d'abord nié en bloc, avant de reconnaître avoir "acheté de l'EPO pour son usage personnel car il a fait l'objet d'accidents de vélo répétés ces dernières années", a indiqué son avocat. Il aurait ainsi utilisé ces produits comme "reconstituant musculaire". "Il a fait livrer [l'EPO] à un copain [Michel Lucatelli] pour qu'elle [Jeannie Longo] ne s'en aperçoive pas", a-t-il ajouté.

La substance n'aurait pas pu être utilisée par la championne, selon Pierre Albert. "En trois ans, il a acheté pour 15 000 euros d'EPO. Ce n'est pas comme ça qu'on dope un pur sang ou un sportif de haut niveau", a souligné l'avocat à sa sortie du palais de justice de Grenoble. Par ailleurs, l'EPO achetée était "de première génération. C'est la 2 CV du dopage : si vous en prenez, vous êtes immédiatement détecté."