Cet article date de plus de trois ans.

La Liga disponible gratuitement sur Facebook en Asie du Sud : une "révolution" pour l'avenir des droits télé

Pour l'économiste du sport, Pierre Rondeau, ce bouleversement va signer la fin des médias traditionnels.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les matches du Barça seront visibles gratuitement sur Facebook en Asie du Sud. (XAVIER BONILLA / SPAINDPPI)

Les amateurs de football qui vivent en Asie du Sud vont pouvoir suivre les matches du Real et du Barça gratuitement sur Facebook. La ligue de football espagnole vient de signer un accord pour les trois prochaines saisons pour la retransmission du championnat d'Espagne en direct, via le réseau social, en Afghanistan, au Bangladesh, au Bhoutan, en Inde, au Népal, aux Maldives, au Sri Lanka et au Pakistan. 

L'accord entre en vigueur vendredi 17 août avec le début de la saison 2018/2019 de la Liga. C'est la première fois que la ligue de football espagnole signe un accord de retransmission depuis une plateforme de réseau social, et il concerne en particulier l'Inde, deuxième pays le plus peuplé du monde avec 1,3 milliard d'habitants.

La fin des médias traditionnels

Pour l'économiste du sport, Pierre Rondeau, cet accord sans précédent est une "révolution" pour l'avenir des droits télé. "C'est une révolution sportive, footballistique et médiatique, et je dirais même le début d'un bouleversement de ce qu'on connaît actuellement dans l'économie du football, avec à mon sens la fin annoncée des médias traditionnels", estime ce spécialiste.  

"On va passer à un mécanisme à la carte, poursuit Pierre Rondeau, où les gens vont piocher dans les matches qu'ils veulent regarder, en allant directement sur les plus grands réseaux sociaux qui drainent énormément de monde - Facebook, Amazon, Netflix - et on va se retirer des abonnements payants comme Canal + et beIN Sports. Pour moi c'est le début d'une nouvelle ère."

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.