L'UEFA menace d'exclure les clubs et joueurs qui participeront à une Super Ligue européenne

Douze clubs ont officialisé la création d'une Super Ligue européenne qui viendrait concurrencer la Ligue des champions. Dans un communiqué, l'UEFA a menacé ces équipes de sanctions.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Trophée de la Ligue des Champions (HAROLD CUNNINGHAM / AFP)

À la veille d'une réunion décisive au cours de laquelle elle devait officialiser la réforme de la Ligue des champions, l'UEFA a réagi aux dernières rumeurs faisant état de la volonté de douze clubs européens d'annoncer la création d'une Super Ligue. Le New York Times a été le premier, dimanche 18 avril en début d'après-midi, à apporter des précisions sur cette future officialisation : six clubs anglais (Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Tottenham), trois espagnols (Atlético de Madrid, FC Barcelone, Real Madrid) et trois italiens (AC Milan, Inter Milan, Juventus) ont communiqué dans la nuit de dimanche à lundi sur la création de cette nouvelle compétition, qui viendrait concurrencer et miner la compétitivité de l'historique Ligue des champions.

Face à cette menace, l'UEFA avait réagi en prévention, avant même l'annonce faite par les douze clubs concernés. Dans un communiqué publié dimanche en fin d'après-midi, l'instance qui gère le football européen évoque "quelques clubs anglais, espagnols et italiens qui pourraient prévoir d'annoncer la création d'une soi-disant 'Super Ligue fermée'", qualifiant le projet de "cynique" et remerciant "les clubs des autres pays, surtout français et allemands qui ont refusé de se joindre au projet". Une déclaration dans la lignée des propos d'Aleksander Ceferin, le président de l'UEFA, qui s'est toujours opposé à cette idée de Super Ligue européenne.

Des sanctions déjà envisagées par l'UEFA et la FIFA

Pour inciter les clubs concernés à abandonner ce projet de nouvelle compétition, qui rapporterait très gros financièrement aux équipes qui y participeraient, l'UEFA a surtout agité la menace de sanctions, à l'instar de la FIFA. Cette dernière avait annoncé il y a quelques mois que les joueurs qui participeraient à la Super Ligue européenne seraient interdits de Coupe du monde. "Les clubs concernés se verront interdire la participation dans toute autre compétition au niveau national, européen ou mondial, et leurs joueurs pourraient se voir refuser la possibilité de représenter leurs équipes nationales", écrit l'UEFA dans son communiqué.

En coupant l'herbe sous le pied des douze clubs avec ce communiqué, l'UEFA tente d'empêcher toute manœuvre sécessionniste à la veille de sa réunion décisive lundi 19 avril. En accord avec la FIFA – que certains soupçonnaient de pousser en faveur de la création de la Super Ligue –, l'UEFA s'est dit prête à "considérer toutes les mesures judiciaires et sportives qui se présentent à nous pour empêcher" de voir une nouvelle compétition émerger. Entre les douze clubs concernés et l'UEFA, la guerre est déclarée.

La Super Ligue saisi préventivement les tribunaux

En guise de représailles, la Super Ligue a fait savoir dans la foulée, selon un courrier adressé à l'UEFA et la Fifa et obtenu par l'AFP, qu'elle avait saisi préventivement "les juridictions compétentes" afin d'assurer son existence face à la menace d'une bataille juridique avec les instances du football. Les promoteurs de cette Super Ligue se sont dit "inquiets" face à la réaction de l'UEFA et de la Fifa à l'annonce de la création de sa compétition. "Votre communiqué nous oblige à entreprendre des actions protectrices pour nous sécuriser face à une réaction si défavorable (...) qui serait illégale", explique la Super Ligue. "Il est de notre devoir de nous assurer que toutes les actions disponibles pour protéger les intérêts de la compétition et de nos décideurs sont dûment prises".

Le communiqué tente également d'arrondir les angles, sans pour autant apaiser. "Nous ne voulons pas remplacer la Ligue des champions ou la Ligue Europa, mais les concurrencer et exister aux côtés de ces tournois", reprend encore l'organisation, exhortant les instances à "participer urgemment à des discussions" visant à "accommoder au mieux la compétition au sein de l'écosystème du football".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.