Cet article date de plus de deux ans.

L'enquête pour viol visant l'entraîneur Giscard Samba classée sans suite

L'enquête qui avait été ouverte à l'encontre de l'entraîneur d'athlétisme Giscard Samba a été classée sans suite. La plaignante, une ex-athlète de l'US Créteil, avait dénoncé trois viols en 2016.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

L'enquête pour viol visant l'entraîneur d'athlétisme Giscard Samba a été classée sans suite, a appris l'AFP mercredi auprès du parquet de Créteil (Val-de-Marne). "L'infraction est insuffisament caractérisée", a précisé le parquet, qui a estimé que l'absence de consentement n'avait pas pu être prouvée. L'enquête avait été ouverte à la suite d'une plainte d'une ex-athlète de cet entraîneur de l'US Créteil, qui avait dénoncé trois viols en 2016. Au cours de l'enquête ouverte pour "viol, agression sexuelle et harcèlement sexuel", la jeune femme aujourd'hui âgée de 22 ans et qui avait souhaité rester anonyme, avait décrit plusieurs relations sexuelles imposées, en marge de compétitions ou de stages, de la part de son ex-mentor, 41 ans. Elle avait aussi dénoncé une "pression psychologique continue" qui visait également, selon la plaignante, d'autres sportives. Une autre jeune femme avait porté plainte pour viol après avoir été entendue par les enquêteurs. Cette plainte a également été classée sans suite. 

Devant les enquêteurs, la première plaignante avait expliqué "ne jamais avoir dit non", mais s'être sentie "obligée", dans un contexte d'emprise de l'entraîneur qui la traitait différement des autres athlètes, a expliqué une source proche du dossier. Giscard Samba a toujours nié les faits et parlé de relations consenties. Contacté par l'AFP, son avocat n'était pas disponible. L'avocat de la plaignante, Me Mehanna Mouhou, a annoncé à l'AFP son intention de déposer une plainte avec constitution de partie civile afin d'obtenir la reprise des investigations par un juge d'instruction. "On s'est attaqué à une personne sans fondement et je trouve ça un peu dommage", a pour sa part réagi le directeur technique national (DTN) de la Fédération française d'athlétisme, Patrice Gergès. Début juin, Giscard Samba avait été suspendu un an, dont six mois ferme, par la Fédération, une procédure stoppée un mois plus tard dans l'attente d'une décision de justice. L'affaire avait été révélée en avril, en même temps que celle concernant Pascal Machat, un ancien responsable national du demi-fond chez les jeunes accusé d'agression sexuelle par une athlète. L'enquête est toujours en cours. 
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.